Quelques feuilles volantes

beet 1Fureur et Mystère, une revue  littéraire et onirique

L’idée de la petite brochure, un format A6, a fusé au printemps 2013 sur le coin de table d’un restaurant. Les deux copines, à l’origine du projet, voulaient mettre en valeur et partager le travail de leurs connaissances : écrivains, dessinateurs et photographes. L’objectif premier était de faire ensemble : « On fonctionne à l’horizontale, il n’y a pas de hiérarchie dans le processus de création du fanzine ». Pour chaque numéro, des artistes sont sollicités autour d’un thème réparti en douze rubriques, mêlant images et textes. Depuis le dernier numéro, les deux filles se sont regroupées en comité de rédacteurs avec les auteurs les plus prolifiques. Ainsi ils ont décidé de produire ce numéro eux-mêmes grâce au matériel d'impression et aux conseils de la maison d’édition Les Venterniers. « ça donne de l'énergie. Tu ne le distribues pas de la même manière quand tu as fait main l'objet, quitte à en faire moins. Nous n’avons pas de rapport financier à la chose ». La diffusion se fait à la criée sur le marché de Wazemmes, mais également dans le métro et les Lavomatics. Le numéro 5, Faut qu’ça saute, un ange passe, sera disponible à deux euros au Café Citoyen, au Lithium et à l’Écart. Des projets, ces artistes en ont plein, notamment des ateliers d’écriture poétique avec les prisonniers de Sequedin.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

A Gore Hurlant, « The Show must gore on »

A Gore Hurlant est un fanzine à parution aléatoire, vendu à prix libre ou téléchargeable sur leur site. Leur sujet de prédilection est contenu dans le titre : l'horreur, les illustrations dérangeantes, la dissection, le métier de croque-morts... Les pages ont de quoi soulever les cœurs les moins habitués. « De l’horreur poussée à son paroxysme, mais pas plus déjantée qu’une certaine réalité, celle des journaux télé... ». Un fanzine, comme à l'ancienne, avec des interviews de groupes et des chroniques de disques, ou d'autres éditeurs. Quelques billets d'humeur sur le concept du don et du prix libre. La dernière couverture, faite de collages, a pour titre « Dans les bars à huîtres, elles boivent quoi les huîtres ? », comme quoi on peut rire avec la mort.
www.agorehurlant.com

Hanhan, le magazine « de l’émotion érotique et de l’amour universel »

Hanhan est né à Lille durant l'été 2011. Ses fondateurs, Charly Lazer,  rédacteur en chef, et Carlo Amen, iconographe, se rencontrent dans un café de Wazemmes pour diffuser l’idée « d’un érotisme existentiel sans pour autant le voir s’exprimer librement dans notre monde ». En réaction à l’industrie pornographique sordide, Hanhan se distingue par son  envie de sublimer la sexualité par l'érotisme. Leur particularité est que la parité est de mise, homme comme femme, en sont les contributeur-es. Les photographes, graphistes, illustrateurs et écrivains s’expriment sur l’émotion érotique et le sentiment amoureux de toute sorte. Sur les photographies, les modèles amateur-es sont invité-es à exprimer leurs sentiments en écrivant les textes les accompagnant. Il s’agit d’une échappatoire tant pour ses créateurs que ses lecteurs. Prônant la parité, la lascivité et le moment présent, Hanhan, qui en est à son cinquième numéro, veut « ouvrir les serrures de nos cœurs que des bourreaux de la façon d’aimer ont fermées à double tour avant d’en jeter les clés ». Avec cette conception de l'érotisme qui s’immisce dans de nombreuses disciplines artistiques, ses auteurs visent à la rassembler sous une seule forme, leur fanzine.
En accès libre sur : www.hanhan.fr ou en revue papier, tirée à 69 exemplaires à 10 euros, à la Librairie Dialogues Théâtre, 34 rue de la Clef.

beet 2

Les Venterniers, édition littéraire artistique

On a rencontré Élise, la co-fondatrice des Venterniers, créé au printemps 2012. A l’origine du projet, un total burn-out après avoir travaillé dans une grande « entreprise de la culture ». Elle se lance, avec son associé, dans sa passion : l’édition. Sous le nom des Venterniers qui signifie « voleurs passant par les fenêtres de caves des maisons » parce que « nos ouvrages pénètrent l’espace privé des lecteurs ».
Pour fabriquer un objet-livre, plutôt qu'un ouvrage traditionnel, elle s’imprègne du texte et réfléchit à une mise en page qui captera l’attention du lecteur et permettra de le diffuser plus largement. « Certains ne se seraient pas intéressés au départ au texte si la forme du livre n’était pas autant travaillée ». Le lecteur est également invité à être actif. Pour une fable écologique, elle a imaginé des pages non-massicotées afin qu’il s’engage à les couper au fil de sa propre réflexion.
Les œuvres, de 5 à 25 euros, sont éditées à une centaine d'exemplaires et diffusées sur des salons, par internet et par le bouche-à-oreille. En décembre, elle installera à Saint-Omer un atelier et une vitrine de diffusion pour d’autres auto-éditeurs. Pour Élise, la « bibliodiversité » garantit la survie d’une opinion publique diversifiée: « Si tu lis ce que tout le monde lit, tu penseras comme tout le monde. Amazon, pour moi, est dans ce sens le temple de la pensée unique ».
www. lesventerniers.com

Gloria La Sauce Is Not Straight, des femmes et des recueils émancipateurs

Gloria La Sauce est une association lilloise du centre J'en suis, j'y reste qui promeut et diffuse les cultures lesbienne, gay, bi, trans’, queer, intersexe et féministe. Elle édite des recueils pour approfondir les questions liées à la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle, l’identité du genre ou le sexisme. Le public visé n’est pas seulement les personnes qui se reconnaissent dans les cultures LGBTQIF. Il s’agit de toucher d’autres cercles afin de « faire évoluer les mentalités et amener chacun-e à questionner ses propres comportements et constructions ».
Son premier projet, Pendant que Vous Dormez, sorti en 2012, regroupe des histoires de zombies, bien éloignées de celles que nous raconte le cinéma populaire. Ici, pas de héros blanc, hétérosexuel et des femmes décoratives. Il s’agit de produire une critique sociale où « si femmes-zombies il y a, qu’elles soient de vrais personnages ». Elles symbolisent alors « vos renoncements, vos soumissions, vos vies mornes et sans buts autres que ceux qu’on vous vend. Mais d’autres sont vos ferments de révolte, vos rebellions sanglantes en gestation ». Pendant que vous dormez, ils se passent des choses effrayantes et le réveil va être difficile : « Pensez à garder les yeux ouverts ».
Depuis 2012, Gloria La Sauce s’intéresse à la thématique des femmes et du sport. Sorti à la rentrée 2014, Niké questionne en 125 pages sous diverses formes, la non-mixité, la non-parité et la non-médiatisation du sport féminin entre autres.
Dans le même centre J’en suis, j’y reste, les Flamands Roses ont sorti Des Vies en Rose, en mars 2014, leur fanzine rose « déviant queer, féministe, encore pire ».
glorialasauce.wordpress.com - www.lesflamandsroses.com

Sur le même sujet