« Auchan-sur-Marcq »

Lors de la création de Villeneuve d’Ascq, les pouvoirs publics ont confié aux entrepreneurs la mission de rendre fertiles les terres nouvelles. Ainsi, les exploitant-es ont été remplacés par des exploiteurs. Les Mulliez, plus que n’importe qui, ont su en profiter pour s’implanter massivement... avec la complicité des socialistes du terroir.

En 1969, l’État décide d’un plan de création de villes nouvelles. Dans le Nord, le dévolu est jeté sur les vastes zones agricoles à l’est de Lille. L’ouverture en 1965 de la Cité scientifique et les projets immobiliers du quartier résidentiel de Brigode pèsent fortement sur la décision. Malgré les réactions et la proposition d’un contre-projet, une centaine d’habitant- es est expropriée et les grands travaux commencent. La ville de Villeneuve d’Ascq naît de la fusion de trois communes : Flers, Annapes et Ascq. De nouveaux habitant-es arrivent, les quartiers neufs se peuplent. La ville-chantier prend forme. Universités, théâtres et stadium s’inaugurent en cascade. L’installation d’un équipement commercial complet est à l’étude.

Le centre de l’hyper-centre

La programmation est confiée à un cabinet spécialisé, maître d’œuvre de nombreux centres commerciaux nord-américains. La recherche est centrée sur un « moteur » pour la galerie. L’offre vise les grands magasins, type Printemps, Lafayette et exclut les hypermarchés. Bien que ne correspondant pas aux critères visés, le projet de Gérard Mulliez et d’Auchan est présenté. Les conditions d’installation sont drastiques, et visent notamment à ne pas concurrencer le bon commerce de Lille-Roubaix-Tourcoing. Mais Gérard Mulliez les négocie et remporte le concours. Quel talent !

En novembre 1977, la jeune commune socialiste de Villeneuve d’Ascq baptise le centre commercial régional « Villeneuve 2 » (V2). Ce « bloc de béton, posé au milieu de champs de betteraves » [1] devient alors le plus grand centre commercial au nord de Paris. Les Mulliez en occupent le coeur. L’idée d’en conquérir les terrains alentours en friche est déjà en germe !

Libre service

Le virage dans la grande distribution s’avère bénéfique. Les enseignes se multiplient et cherchent sans cesse de nouveaux points de vente. La région Nord-Pas De Calais se régale des investissements réalisés... Dès 1972, Leroy Merlin « l’enchanteur », propose de s’installer dans la zone commerciale. Boulanger le suit de près... Décathlon, Norauto et la SNEM [2] répondent également aux appels d’offre de l’ÉPALE [3]. Les terrains sont cédés, moyennant droits d’entrée, et loyers annuels pour des sommes plus que coquettes [4]. Mais le clan en a les moyens ! Retour ligne automatique
Aujourd’hui, la zone commerciale concentre plus d’une quinzaine d’enseignes liées à l’Association Familiale Mulliez. Lorsque nous questionnons J-M. Stievenard, ancien maire PS de Villeneuve d’Ascq, sur l’accueil fait aux Mulliez, il répond : « Oui, la politique est favorable. Oui, elle déplie le tapis rouge. Oui, les dirigeants ont des relations amicales avec les dirigeants du groupe ». Puis il s’explique : « Mais vous savez, Villeneuve d’Ascq a été financée et construite à grands coups d’investissements dont une grande partie par le groupe Mulliez » [5].Retour ligne automatique
Dans Le secret des Mulliez, Bertrand Gobin affirme que « les pressions sont multiples pour amener à se prononcer en faveur des projets qui leur sont soumis. En particulier dans la région Nord où les Mulliez peuvent faire jouer à plein leur toute puissance économique. » En effet, comme partout dans la région, les Mulliez n’ont eu aucun mal à obtenir des autorisations d’implantation des politiques de tout bord. Désormais, nos chers représentant-es savent que « si un jour les Mulliez venaient à s’enrhumer, c’est toute la région qui tousserait. » [6] J. M. Stievenard s’en amuse : « Par moment, pour rire, nous nous disons que nous aurions pu l’appeler Auchan-sur-Marque ». Ça ne fait rire qu’eux.

Notes

[1Centre Commercial Villeneuve 2 / Dossier de presse rénovation, 09 Sept. 2004.

[2Société Nationale d’Entrepôts et de Marchés, dirigée par Patrick Mulliez.

[3L’Établissement Public d’Aménagement de Lille Est, créé en 1969, orchestre la vente des terrains mis à disposition par l’État. Le conseil municipal lui a confié la maîtrise d’aménagements dans la ville nouvelle.

[4Pour Norauto et Décathlon, les droits d’entrée s’élèvent à près d’1 million de francs chacun. Tirés des archives municipales de Villeneuve d’Ascq.

[5Le 26 janvier dernier, l’IEP de Lille invite Benoit Boussemart pour discuter sur le thème « Existe t-il vraiment un empire Mulliez ? ». M. Stievenard anime la discussion.

[6Propos d’un patron nordiste. Tiré de Bertrand Gobin, Le secret des Mulliez, Éd. La Borne Seize.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...