De quelques mythes à balayer

patronatDans le Nord, il en est encore pour repeindre en héros mythiques les figures les plus voraces du capitalisme industriel. « Nos » patrons seraient parés de toutes les vertus morales : bienveillants, courageux, charitables ou généreux, ils seraient tout entier occupés à servir le dynamisme de la région. Pas tout-à-fait ce que racontent les livres d’histoire.

 

Motte, Lepoutre, Despatures, Prouvost, Toulemonde, Thiriez, Pollet… Ces noms vous disent peut-être quelque chose. Et pour cause : ils composent les CA des principales entreprises de la région, qui sont aussi parfois des multinationales bien installées. Leur réussite, ils la doivent notamment à cette capacité d’enrober de valeurs généreuses leurs intérêts carnassiers.

Génies ou héritiers ?

Il y a d’abord ce fameux mythe de la première génération d’entrepreneurs qui, par son inventivité, son goût du risque et son génie, aurait monté les entreprises à succès qui « firent » le XIXe siècle. Peu importe que, à rebours de cette success story, les Motte par exemple, se soient enrichis en écoulant leurs marchandises aux colonies avant même la Révolution. Peu importe qu’au XVIIIe siècle, l’industrie textile soit déjà une affaire de spéculation et d’exploitation, dans le cadre de ce qu’on appellera plus tard la proto-industrie. Au moment où s’ouvrent à Tourcoing et Roubaix les premières filatures de laine, de lin et de coton, leurs dirigeants ressemblent moins à de jeunes aventuriers qu’aux ressortissants d’une bourgeoisie sortie victorieuse de la Révolution.

Humanisme bon teint ou paternalisme conservateur ?

Vers le milieu du XIXème siècle, la Révolution Industrielle bat son plein. Certains parlent d’un capitalisme « familial et humain ». L’industriel père de famille a la tête dans le procès de travail, pendant que la mère bûche à la compta. C’est presque bon (ou saint) esprit : les patrons passent à l’usine et s’inquiètent du bien-être de leurs petites mains. L’Association Catholique des Patrons du Nord enfante des syndicats mixtes qui s’affairent à lier patrons et ouvriers vers un destin commun. Les uns pour le meilleur, les autres pour le pire. Christianiser le prolétariat pour figer la hiérarchie en place, ou comment solder la question sociale à peu de frais. Mais l’humanisme patronal a bon dos : il n’empêche ni la casse méthodique des mobilisations ouvrières (notamment via le Consortium de l’industrie textile, fondée en 1919 par Eugène... Mathon) ni l’obstination des industriels à profiter d’une législation balbutiante pour mettre les enfants au travail.

Entreprise familiale, ou prédateur mondial ?

Contrairement à certaines idées reçues, la mondialisation du capital n’est pas un phénomène nouveau. Dès le XIXe siècle, plusieurs entreprises nordistes possèdent des usines à l’étranger, avec notamment pour objectif de faire jouer la concurrence salariale. Après la Seconde Guerre Mondiale, à l’instar de la filature Charles Pollet (futur La Redoute), les 3 Suisses et la Blanche Porte, certains grands patrons se reconvertissent dans la distribution et la vente par correspondance. La relève, dopée aux techniques managériales américaines, émerge dans les années 1960 et s’incarne dans un trio composé de Francis Holder (Paul), Paul Dubrule (Novotel), et Gérard Mulliez (Auchan).

Aujourd’hui, les héritiers du capitalisme local côtoient ainsi la nouvelle garde d’un entrepreneuriat mondialisé. Ils recyclent leurs empires dans les nouvelles technologies, l’immobilier, la finance, les assurances, le commerce en ligne, et partent à l’assaut des marchés étrangers. Leurs fils, jeunes loups élevés dans les écoles de commerce locales ou parisiennes, attendent de reprendre la filiale Espagne du groupe de papa. Et si Bonduelle se décrit encore comme une entreprise « familiale » en dépit de son envergure multinationale, c’est uniquement qu’elle veille à réserver ses postes clés aux héritiers de la dynastie. Bref, sous le folklore familial et humanisant, l’histoire de la bourgeoisie nordiste est d’abord celle, banale, d’entrepreneurs avant tout soucieux de faire fructifier leur patrimoine par-delà les crises du capitalisme [1].

Notes

[1Pour plus de détails, lire Pierre Pouchain, Les Maîtres du Nord, Perrin, 1998, ou l’interview que l’historien Jean-François Eck accorde à Histoires d’entreprises, n°9, mars 2011.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...