L’internationale homosexuelle

La mode est au bleu blanc rouge…. Pour rester dans l’air du temps sans doute, la Gay Pride lilloise choisit de s’envelopper dans le drapeau tricolore. Un choix « national » sur lequel la Brique s’interroge.

 

Le 2 juin 2007 a eu lieu la « Gay Pride » à Lille. Défilé mêlant parade festive, revendications politiques et promotions commerciales (de bon goût ?), cet évènement a pour objectif de visibiliser la démarche d’associations et d’individus femmes et hommes revendiquant l’égalité des droits, la reconnaissance et le respect des pratiques et « cultures » Lesbiennes, Gais, Bi et Trans-genre (LGBT).

La Brique n’ira pas chercher la petite bête à un mouvement qui questionne à juste titre les bonnes intentions patriarcales. Alors que politiques et médias se vantent du bel idéal républicain où l’égalité se voudrait reine, jamais la symbolique masculine de la virilité et celle plus maternelle et maquillée de la féminité n’auront colonisé autant l’imaginaire et le quotidien de nos univers. « La Femme » et « L’Homme » font toujours figure d’idéal et de frontière au-delà desquels une multitude essaie de trouver place, avec difficulté : l’identité sexuelle est une affaire heureusement bien plus compliquée, n’est-ce pas ?

Et là, nous découvrons avec stupeur l’affiche annonçant l’évènement LGBT 2007 : deux héroïnes en pleine échange buccale s’entourant amoureusement du drapeau français. On ne savait pas la problématique homosexuelle franco-française... En pleine effervescence électorale où partis politiques et ténors médiatiques nous font la description inquiétante de ce que doit être le « bon français », on s’étonne quand la dialectique du nationalisme borné s’intègre à un mouvement visant à faire reconnaître la pluralité des humanités et des identités. On est bien loin du FHAR ( le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire) qui en France et en 1971 lance l’initiative de défiler dans la rue au grand jour et collectivement. Le temps de la contestation est loin, bienvenu au pays du conformisme « made in france ».

A noter en ce jour du 2 juin la présence d’un cortège « pirate », où simples individu-e-s et associations LGBT comme les Flamands Roses ont défilé en compagnie des anarchistes et autres spécialistes du rebrousse poil (Ras l’front, AIDS). Ces gens avaient comme ambition de parler politique, il était ici question de capitalisme : la réduction de l’humain en machines à produire et à consommer ne serait-elle pas la question fondamentale ? Normalisation des corps, discipline et commerce sexuel : l’insoumission serait-elle donc internationale, au-delà de toute frontière nationale ou identitaire ?

La mite

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...