Matthieu, chapitre 7, verset… Ta gueule !

Bible en main, les prêcheurs tentent d’embrigader à longueur de journée. A nos portes, dans la rue… Logique en ces temps apocalyptiques de « Crise A ». Rencontre, un samedi après-midi, avec des témoins de Jéhovah. Mais attention, ceux-là, quand on les gifle, ils ne tendent pas l’autre joue…

 

Déambuler sous le soleil dans les rues lilloises est un plaisir à ne pas gâcher. Manque de bol, rue Charles Quint, deux prédicateurs me stoppent : « Monsieur, est-ce que vous pourriez nous donner votre avis… » L’un me désigne son opus biblique, un Mein Kampf de poche. Et moi de penser : « Hum, un débat, ici, avec ces fous… pourquoi pas. »

Le moine lit un passage de Matthieu : « Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux… » Et m’interroge : « Vous ne trouvez pas que si on faisait tous ça, il n’y aurait plus de discrimination ? » Silence… je me laisse aller à des pensées, de plages, de cocktails agrumes, d’herbe caraïbe… « Vous ne trouvez pas ?!

Euh oui… euh non ! [qu’est-ce que je dis ?!] Vous voulez savoir si je pense qu’en appliquant la Bible, y’aurait pas de discrimination, que de l’amour et tout ?... Mais ça va pas ! Vous auriez pu citer Paul aussi : « le mari est le chef de la femme » ! C’est quoi ça, pour vous ? »

Le moralisateur me fixe : « Ah mais tout à fait ! Le mari est le chef de la femme, parlons-en de ça… Tiens, vous voulez qu’on aille lui demander son avis ?

Bah… à qui ?

Mon épouse évidemment. Franchement... je vais vous expliquer… Le mari est le chef, ça veut dire qu’un mari doit sacrifier sa vie pour sauver sa femme… S’il y a une guerre, ça veut dire que le mari met sa vie en péril pour la protéger.

Ah bon... C’est drôle parce que je pensais qu’être le chef, ça permettait de donner des ordres, de dominer… Je crois qu’on dit aussi « faire preuve d’autorité ».

Non, c’est pas ça. [Il se rapproche, me crache des postillons puants, à moi, qui flippe de la grippe !] Le mari est le chef de la femme parce qu’il l’aime, et la femme l’aime car il est le chef... »

J’en peux plus, j’explose : « bande de nazes ! Je supporterai pas vos sales gueules et votre haleine pestilentielle une minute de plus ! Alors on bouge chacun de son côté, tranquillement… »

Les regards changent. Deviennent rouges, inquisiteurs. Montrent qu’ils ne me donneront pas l’autre joue… Un combat de rue ne me sera pas favorable. Je tourne finalement les talons.

Au loin, un écho me parviendra : « Moi aussi j’étais un anarchiste avant de rencontrer le Christ Notre Seigneur… »

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...