Le strass, action syndicale

La prostitution, on le sait, est très souvent synonyme d’exploitation à de nombreux niveaux. Pourtant, quelques hommes et femmes en ont fait leur métier, l’assument pleinement et sans contrainte (à part celle des flics et de l’État) et ont décidé de s’organiser en tant que travailleur(se)s du sexe.

 

Le Syndicat du Travail Sexuel [1], syndicat autogéré datant du 20 mars 2009, défend les droits des prostitué-es mais aussi des Escort girls/boys, des acteurs pornographiques et des opérateurs de téléphone rose. Il lutte contre la discrimination et la marginalisation, cherche à assurer la protection sociale et la retraite de ces travailleurs. Il s’oppose à toute forme d’exploitation des enfants et des adultes et à toute moralisation de leur activité.

Depuis sa création, plus de trois cents personnes ont adhéré. D’un point de vue idéologique le Strass défend une position abolitionniste
(contre le réglementarisme et la prohibition, pour un libre exercice, sans contrôle de l’État ni contrainte d’un mac).

Délire minoritaire ou un réel outil de lutte ?

Les détracteurs du Strass affirment que les positions de ce syndicat ne sont valables que pour des prostitué-es « éclairé-es », très minoritaires, et que la majorité des personnes qui exercent cette activité sont des victimes de la traite. Le Strass ne nie en aucun cas l’existence de la traite mais sa réflexion est basée sur la reconnaissance immédiate des droits. Une bataille est ouverte contre la loi sur le racolage passif avec une pétition nationale et des actions contre toute forme de prohibitionnisme. Selon eux, tant qu’elle n’aura pas de cadre légal, la prostitution restera un terreau pour la criminalisation et la prostitution imposée. La prostitution, pour le Strass, doit être un choix et non être exercée sous la contrainte, si tant est que travailler puisse être un choix, et le corps une marchandise.

Y’en a pas une sur cent et pourtant elles existent…

Cette initiative a été mise en place par des personnes pour qui la prostitution est plus qu’une simple prise de position lointaine sans implication, mais bien un quotidien : « Nous sommes aujourd’hui exclu-es du droit commun, face à la police, la Justice, dans l’accès au logement et de nombre d’administrations pour qui nous n’entrons dans aucune case, nous sommes en revanche bel et bien considéré-es comme des travailleuses lorsqu’il s’agit de s’acquitter de nos impôts. Notre revendication principale est d’avoir les mêmes droits que tous les citoyens et citoyennes de notre pays. » [2] C’est l’urgence sociale qui dicte cette initiative. Et après ?

Notes

[1site.strass-syndicat.org

[2Extrait de la lettre ouverte aux candidat(e)s aux élections européennes, avril 2009.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...