Jeanneton et les garçons

La chanson populaire, depuis ses origines médiévales, n’est pas aussi innocente qu’on le pense. La confrontation de trois versions d’une même chanson, « Jeanneton prend sa faucille » peut contribuer à la compréhension de l’évolution de notre société et de ses mentalités. L’exemple réserve quelques surprises dérangeantes.

 

La version de 1703, « La petite Jeanneton », est une complainte nostalgique, en faveur d’une petite fille violée à la veille d’un jour de fête.

Jeanneton et les p’tits cons

C’est de ce texte émouvant que s’empare Aristide Bruant, à l’aube du XXe siècle, pour nous livrer sa version « Figarette », celle que nous connaissons tous. Admirez, sur Youtube, les jeunes beaufs à la fin d’un repas arrosé ou les lycéens boutonneux dans un bus, comme ils la beuglent. Ils ont oublié où ils l’ont apprise, cette rengaine égrillarde, mais ils en connaissent par coeur tous les couplets, « morales » comprises. Pourtant, il s’agit bien d’un viol commis par le quatrième garçon après que les trois autres lui aient préparé la voie. Un hymne vulgaire à la brutalité masculine : la coutume de « joncher » le sol des églises les jours de fête s’étant perdue, la jeune fille est dehors, dans l’espace public, avec son « blanc jupon » virginal, proie offerte au désir des garçons. Ceux-ci, fiers d’être des « cochons », affirment que toutes les femmes aiment ça. La « morale » d’Aristide Bruant innocente totalement et valorise le violeur, bien plus malin que les trois « couillons » qui n’ont pas su profiter de l’occasion.

Dans les comptines, ça décoiffe

Une incitation au viol collectif ! De l’Ancien Régime au XIXe siècle bourgeois, la tolérance à la barbarie a progressé... Et que dire de l’apparition d’une nouvelle version dans les recueils de comptines ? Une pruderie hypocrite en gomme le caractère sexuel en supprimant le couplet du jupon soulevé. Mais pour le reste... totalement incohérent. Voilà une fille tranquille confrontée à quatre garçons : le premier est timide, mais il la traite de laideron ; le second, moins sage que le mal embouché, lui témoigne pourtant de l’affection. L’innocente caresse du menton est bizarrement mise en relation avec la brutalité du troisième « encore moins sage ». Et mystère, que peut bien faire le dernier ? Rien de répréhensible puisque, pour savoir, faut faire comme Jeanneton ! C’est avec une histoire aussi pernicieuse qu’on espère structurer la personnalité des jeunes générations. Renversant, non ?

JEANNETON PREND SA FAUCILLE (FIGARETTE), Aristide Bruant

Jeanneton prend sa faucille

Lalirette lalirette

Pour aller couper les joncs

En chemin elle rencontre

Quatre jeunes et beaux garçons

Le premier un peu timide

L’embrassa sur le menton

Le deuxième un peu moins sage

L’allongea sur le gazon

Le troisième encore moins sage

lui releva son blanc jupon

Ce que fit le quatrième

N’est pas dit dans la chanson

Si vous le saviez, Madame

Vous iriez couper les joncs

La morale de cette histoire

C’est qu’sur 4, y a 3 couillons

La morale de cette morale

C’est qu’les hommes sont des cochons

La morale de cette morale

C’est qu’les femmes aiment les cochons

COMPTINE

Jeanneton prend sa faucille

Larirette larirette

Pour aller couper du jonc

En chemin elle rencontre

Quatre jeunes et beaux garçons

Le premier un peu timide

La traite de laideron

Le deuxième pas très sage

Lui caressa le menton

Le troisième encore moins sage

La poussa sur le gazon

Ce que fit le quatrième

N’est pas dit dans ma chanson

Si vous voulez le savoir

Faut aller couper du jonc

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...