Donner la vue du sang ?

« Aucun degré d’empathie ne peut remplacer l’expérience. Compatir n’est pas pâtir » (Christine Delphy).

Toute agression est de fait une expérience personnelle, un cas isolé. Combien de témoignages de viols faudrait-il encore pour accepter une réalité sociale qu’on ne cesse d’occulter ? Le témoignage d’une victime – unique et court, formaté pour le journal – ne nous a pas semblé un « bon outil » pour reconnaître le viol comme un acte fréquent et non sanctionné. On aurait dû choisir entre le récit d’une fin de soirée qui brise une vie, du plus traître des proches ou d’une vie partagée qui tourne au cauchemar ? Sur quels critères ? N’aurait-on pas eu l’impression « d’illustrer » nos propos par le choix d’un témoignage, et de réduire celui-ci à un exemple pratique ?

Dans un témoignage écrit, on ne cherche pas ses mots. L’anonyme a pu prendre son temps, solliciter de l’aide, réussir à placer dans l’ordre les mots pour décrire le vécu et son ressenti. Écrire comme elle n’a jamais raconté. Présenté et cadré tel quel, le viol ne peut pas être nié. Facilement ému, le lecteur offre à la Victime sa plus sincère compassion. Cependant, on ne pense pas que ces états émotionnels soient nécessaires pour établir et pour comprendre que le viol trouve son fondement et sa légitimité dans le système sexiste et patriarcal. Pire, la vive compassion inspirée par un témoignage occulterait la réalité de l’oppression, son étendue et sa violence, jamais assez dévoilées. On ne risque pas d’avancer si on ne cesse de s’indigner par à-coups, ou de condamner avant de chercher à comprendre.

Nous préférons tenter de lever un tabou, lancer des pistes de réflexions. Le pathos n’aide pas à gommer l’idée assez diffuse qu’il existerait un viol type. S’entend : nécessairement et facilement reconnaissable. Perçu immédiatement et officiellement comme tel parce qu’une victime remplit tous les « critères », immuables, qui lui sont alloués (le non-consentement de la victime prouvé, la pénétration sexuelle attestée par un examen médico-légal, le choc post-traumatique avéré par un rapport psychologique, etc.). Il existe autant de viols que de victimes et d’agresseurs. Protéiforme, le viol existe avant tout parce que le corps des femmes est considéré comme un objet toujours disponible, destiné à satisfaire les désirs masculins. Donner la vue du sang ne l’empêche pas de couler.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...