Norrent-Fontes : dans le camp -détruit- des réfugiés

Le 20 décembre dernier, après la visite d’un huissier de justice, la gendarmerie a débarqué sur le camp de réfugié-es de Norrent-Fontes pour le détruire et en expulser ses « habitantes » et « habitants ».

Pour la plupart en possession de papiers leur laissant sept jours pour quitter le territoire, les réfugié-es ont cependant été emmené-es au centre de rétention de Coquelles, d’où ils sont sortis 24 heures plus tard. Ils se sont ensuite retrouvés à Calais, ce qui n’a pas été sans conséquence, particulièrement en ce qui concerne la question des femmes. L’arrivée de 20 à 30 femmes supplémentaires (elles étaient déjà une quarantaine selon les bénévoles calaisiens) pose de nombreux problèmes organisationnels. Comment, en effet, donner la priorité à quelques dizaines de femmes, pour des questions de violences, quand plusieurs centaines d’hommes se pressent devant un local pour réclamer douches, soins et nourritures ?

Celles et ceux qui étaient absents au moment de la destruction du camp sont revenus dès le 21 décembre et se sont trouvés totalement désemparés. Quelques uns ont rejoint Calais ; d’autres, qui préfèrent tenter leur chance d’atteindre l’Angleterre en montant dans les camions empruntant l’autoroute toute proche, ont choisi de se réinstaller tant bien que mal à Norrent-Fontes, par petits groupes. Les bénévoles ont à plusieurs reprises retrouvé des réfugié-es caché-es derrière le presbytère de la commune, et ont pu leur porter secours. La vigilance des gendarmes s’étant peu à peu relâchée, un autre camp s’est installé non loin du précédent, à l’insu de tous et totues. Lily et Jérémy, deux bénévoles informés par une des femmes réfugiées, ont découvert le nouvel emplacement, et le vieil engin de chantier utilisé pour stocker nourriture et couvertures.

Dès la fin du mois de décembre, le camp compte à nouveau une vingtaine de personnes. Il fait alors -10°, seuil au-delà duquel les autorités sont tenues de trouver des lieux d’hébergement pour celles et ceux qui sont dehors. Par curiosité, Lily décide d’appeler le 115 (urgences sociales), et se fait passer pour une quiddam du coin inquiète du sort des réfugié-es. Il lui est répondu « qu’il n’y a aucun souci, une association les prend en charge ». Belle ironie quand on sait qu’il est illégal, pour une association comme pour un particulier, d’héberger des sans-papiers !

Les bénévoles dénoncent les pressions exercées par le sous-préfet depuis le début de l’affaire. Sur le propriétaire du champ où se trouvait le camp, à qui on a fait croire qu’il serait tenu pour responsable en cas de décés d’un ou d’une réfugié-es. Sur les bénévoles qui les emmènent en voiture chez le médecin ou à l’hôpital. Lily est atterrée quand elle prend la mesure de la psychose collective orchestrée par les autorités : « Certaines personnes ont même peur de recevoir des e-mails d’informations émanant du collectif de bénévoles de Norrent-Fontes ! »

Ce collectif projette de devenir l’association « Témoins du monde » qui aurait pour tâche la médiatisation des problèmes des réfugié-es, et la mobilisation des élus locaux. Lily et Jérémy espèrent qu’elle permettra aussi de rassurer et d’impliquer plus activement la population locale.
J.V

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...