La Voix du Nord ou l’info stéréotypée

Les articles de "La Voix" à propos du tag sont d’incroyables fourre-tout permettant parfois aux journalistes de placer leurs idées tristement sécuritaires. Le vandalisme, la délinquance, les banlieues, etc. : les amalgames sont récurrents dans le quotidien nordiste et font du tag un creuset de l’imaginaire « insécuritaire ».

 

Les journalistes ont du mal à décrire le tag. Pour La Voix du Nord, il prend la signification de graffiti au sens large. Ainsi, un quartier dégradé «  par des tags » a été couvert « de badigeonnages, de couleurs diverses, [...] à coups de pinceaux », par « des "gribouilleurs" ». On nous explique que « les tags se résument généralement à de vulgaires et inesthétiques inscriptions » mais que tel magasin de la rue Gambetta a «  fait décorer son volet avec des tags ».

Faciliter l’analyse

La tendance ces dernières années est d’inventer une distinction entre tag et « street art » (art de rue) : le tag c’est le vandalisme, c’est le mal, et le street art, c’est le bien, ce qui est joli. On parle ainsi d’« art du graffiti », d’« art de la rue », de « graph [sic] noble » ou encore de « beaux tags légaux ». Les journalistes appellent sans cesse à faire la distinction entre tag vil et graff que l’on pratique avec une « éthique de travail » : « [...] les jeunes ont appris à faire la différence entre tag et graff [...] », « entre le tag et le graff, il y a même différence qu’entre le bien et le mal ».

Le tag fait peur

Si le tag est le mal, il est alors permis de l’associer à tout ce qui fait peur ou ce qui dérange. En pensant aux tags, les journalistes sont renvoyés aux graffiti qui maculent les chiottes dégueulasses des bistrots dont ils usent les banquettes. Ainsi un magasin tagué se retrouve avec un « store calciné » ou « a failli être forcé », il est propice à la vidéosurveillance. La mairie de Lompret « a été recouverte de tags » qui s’apparentent à des « insultes contre le maire, des croix gammées », on parle de « tagages récurents », « saccages et vols », « vandalisme » pour justifier l’installation de « caméras de surveillance ». Le tag fait donc peur aux journalistes qui n’hésitent pas à l’associer aux pires exactions : une mosquée peut-elle être ainsi « couverte de tags nazis [...] (croix gammées et celtiques, insignes SS...) ».

La propagande de l’insécurité

Le journal se sent investi d’une sainte obligation et rentre dans la bataille : « le tag tu combattras », « la guerre des tags continue », « combat contre les tags », « c’est la guerre »... Pour qualifier les nettoyeurs, on peut lire : « une petite armée lave, frotte [...] », « une machine mène la guerre »... Le quotidien lillois constitue un organe de propagande.
L’insécurité existe en partie à cause des tags : une « gare blanche paraît bien paisible, à première vue. Certes, elle est mouchetée ça et là de quelques tags », la rue Gambetta après son nettoyage total « a retrouvé [...] son côté paisible », « [...] ce genre d’incivilités peut vite draper une rue, un quartier, dans un climat d’insécurité [...]. Ainsi le tag n’est-il plus l’apanage des banlieues chaudes [...] ». L’usage du mot tag dans les colonnes de La Voix du Nord participe de l’invention « insécuritaire » et ne relève aucunement de faits établis, mais juste de leur volonté d’« endiguer ce fléau urbain » instauré par de « jeunes lascars ». Rien d’étonnant du reste à ce que le journal appelle à la délation en glissant les pseudos des tagueurs incriminés dans le cadre d’une enquête : « Les policiers lancent un appel à victime : toute personne, dont un élément de façade porte l’inscription « Sabar », « Szr », « Jakass », « Jaks » ou « Sos », est priée de contacter la Sûreté urbaine de Lille : 03 20 12 51 32. » [1]. Entre la police et La Voix du Nord, c’est une grande histoire d’amour.Retour ligne automatique
Voir « Graffiti sauvages ? ».

Notes

[1Les citations sont extraites d’une revue de presse allant du 05/04 au 07/08.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...