Valérie Létard, secrétaire d’état à quoi ?

En politique, le droit du sang est capital. Madame la secrétaire d’Etat à la Solidarité le sait bien. Non contente d’être la fille de son père qui l’a tenue par la main partout où elle a été élue, Valérie Létard cumule responsabilités, mandats et indemnités de tous ordres.

Papa porte un nom respecté par une grosse moitié de la classe politique à droite. Il fut le mentor d’un certain Jean-Louis Borloo, ex-maire de Valenciennes, actuel ministre du développement durable. Et qui d’ailleurs, dure depuis sept ans dans tous les gouvernements successifs que font Chirac puis Sarkozy. Leur terrain de chasse, c’est le Valenciennois et l’Amandinois. Le monsieur craint de tous était un pote de Georges Donnez, ancien maire de Saint-Amand, de la bonne bouille duquel se souviendront facilement les vieux lecteurs quand Guy Lux le charriait dans son jeu télévisé Intervilles.

Madame Fille est née la même année qu’Intervilles. 36 ans plus tard, elle est propulsée conseillère régionale (modèle centriste) puis l’une des plus jeunes sénateurs/trices (sur une liste commune avec le RPR) puis ministre auxiliaire, par la grâce de son géniteur si influent. Merci, Pa !

“Pa” a été deux fois député européen et personne n’a bronché quand il s’est imposé. Personne - ou presque- ne dit mot quand il impose le nom de sa fille sur une liste régionale ou sénatoriale. Pardi ! L’ancien chef d’entreprise est un homme de réseaux et d’influences qui impressionne.Retour ligne automatique
Francis Decourrière - c’est le nom du monsieur - vient de faire parler de lui après son altercation il y a quelques semaines avec un arbitre de foot retors : des deux côtés, les noms d’oiseaux ont volé bien bas. On était loin de se douter que le père de madame la sécrétaire d’Etat, si lisse et si polie, et au bilan si présentable, usait d’un tel langage de charretier. Président du club de foot, il est la cheville ouvrière du futur stade de Valenciennes qui émerge en plein centre de la ville.

D’ailleurs, depuis que Borloo se développe durablement à Paris, le centre de la ville c’est lui. Autour du deus ex machina gravitent des satellites comme Dominique Riquet, tête de liste aux européennes pour l’UMP et actuel maire de Valenciennes.

Ou Valérie Létard, justement, patronne de la communauté d’agglomération du Valenciennois. Elle dit non à Sarkozy pour être tête de liste aux européennes et mieux rebondir un jour à la mairie ou ailleurs. Ou aux élections régionales de l’année prochaine et pourquoi pas comme tête de liste à droite ? Elle largue Bayrou, jugé trop incontrôlable et dangereux pour son électorat de centre droit, et se love dans les filets d’un Nouveau Centre plus sarko-compatible et moins risqué pour sa carrière. Papa est de bon conseil. Comme une sorte de Jacques Delors pour Martine Aubry.Retour ligne automatique
En attendant, madame la secrétaire d’Etat à la Solidarité compte. Et cumule. 

Récemment, le mensuel Capital [1] a estimé ses revenus autour de 200 000 euros par an. Traitement de ministre, indemnités de conseillère régionale, sans oublier les émoluments de première adjointe à Valenciennes, et de présidente de communauté d’agglomération qui font un beau petit pécule. Ministre, c’est un job en CDD, c’est vrai, et un remaniement est dans les tuyaux. Mais pas question de se retrouver un jour au RSA. Secrétaire d’Etat à quoi, déjà ? 

M.P

1 :

Notes

[1Certain-es élus ou professionnels de la politique font la morale en affirmant qu’une certaine presse sombrerait dans un poujadisme anti-parlementaire en révélant ou reprenant ce genre d’infos sur les revenus des élus ou leur assiduité pendant leur mandat. De quoi se sentir visé ? Visez au coeur, mesdames et messieurs les censeurs.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...