Arnaque-énergie

Les techniques de vente au porte-à-porte ne connaissent pas de limites. Que celui qui n’a pas son encyclopédie Universalis dans son carton d’emballage nous jette la première canette. Avec la « déréglementation » du gaz et de l’électricité, les opérateurs privés comme Powéo ou Direct Énergie écument les rues de la région pour piquer des client-es à EDF.

 

« Bonjour, EDF ! » se présentent les démarcheurs de Direct Énergie. « On pourrait jeter un œil à votre facture d’électricité ? Vous pouvez peut-être bénéficier d’une remise de 10 %, ça vous intéresse ? ». S’ils passent le pas de votre porte, il est trop tard. Les poisseux savent y faire pour vous enfoncer dans leur bourbier : électricité verte, réductions de facture et, argument joker : « Direct Énergie est sponsor de l’Olympique de Marseille ». Véridique.

Témoignages

En novembre 2008, Mme Delescluz est allocataire du RSA socle (ex-RMI) avec deux enfants de moins de 25 ans à charge. Elle est tombée entre les griffes de Direct Énergie. Face à toutes leurs tentatives pour la faire changer d’opérateur, elle refuse. Qu’à cela ne tienne. Pendant deux mois, ils la harcèlent tous les jours par téléphone pour lui proposer de quitter EDF. Malgré ses refus systématiques, le 2 janvier 2009, elle reçoit sa première facture signée de Direct Énergie alors qu’elle n’a conclu aucun contrat. Pas même une missive d’EDF l’avertissant d’une résiliation. Depuis, leur service clientèle est aussi compréhensif qu’une vieille mule.

En février 2009, Marie passe d’EDF à Direct Énergie. Après résiliation pour cause de déménagement, elle reçoit une facture surréaliste de 100 €. Depuis, leur « offline » lui réclame son dû. Elle ne comprend rien aux balbutiements des précaires au bout du fil, se fait balader, et finit par bloquer son compte.Retour ligne automatique
Il y a quelques semaines, c’est Antoine qui reçoit un coup de fil du « Service facturation » d’EDF. Ce service n’existe pas chez EDF. Peu méfiant, il fait l’erreur de communiquer ses références client. Aujourd’hui, s’il n’en reste pas moins connecté à Gravelines, il pleure son tarif réglementé.

Les histoires se multiplient

Des histoires comme ça, il y en a des dizaines dans la région depuis la libéralisation du marché de l’énergie. Les tarifs deviennent aussi compréhensibles que ceux de la SNCF. Le maire PCF d’Houdain (62) avait voté un arrêté interdisant les démarcheurs dans sa ville. Illégal, il a été vite cassé.Retour ligne automatique
D’après l’Union Française des Consommateurs (UFC), les « dossiers » concernant Powéo et Direct Énergie sont remplacés depuis quelques semaines par des litiges avec EDF et GDF. Depuis qu’ils ont été privatisés, les « erreurs » de relevés de compteurs se multiplient et les factures flambent sans raisons. EDF et ErDF, GDF et GrDF se renvoient constamment la faute et laissent des familles sans électricité ou gaz : des situations qui deviennent critiques avec l’hiver. Mais selon les bénévoles de l’UFC, « on arrive encore à s’arranger avec EDF et GDF. Avec Direct Énergie ou Powéo, c’est plus compliqué ». Les pauvres ne remercient donc pas le gouvernement Jospin d’avoir approuvé la libéralisation de l’électricité au sommet européen de Barcelone en 2002.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...