Pas de justice, pas de paix

Le 25 mai, deux des 53 personnes arrêtées lors de notre soirée de soutien au Centre Culturel Libertaire passaient devant le juge. Malgré des témoignages policiers surréalistes, le tribunal ne pouvait pas laisser pisser. Il nous a montré ce qu’il fait trop souvent : enfermer.

Quelques jours avant le procès, on apprenait que les flics qui avaient coursé Zyed et Bouna jusqu’à un transformateur électrique de Clichy-sous-Bois étaient mis hors de cause par la cour d’appel de Paris. On n’était pas serein.

Si tu veux la paix...

Dans la 7ème chambre correctionnelle du TGI de Lille, derrière l’autel des petits juges en soutane, trône une tenture immense qui impose La paix dans l’espérance. On dirait la bible, en image. La hauteur de plafond, les missels Dalloz [1], l’architecture grandiloquente et les flics nous donnent la gerbe direct. On n’est pas là pour se marrer. L’ambiance est pesante. Les flics avancent à la barre. Ils nous la jouent héros et victimes. « Traumatisés  », « choqués  », et un bleu à la cheville, ils affirment qu’on les aurait brutalisés, traînés par terre et roués de coups ; qu’ils s’en sont sortis de justesse grâce à leurs super-pouvoirs de super-flicards. Le procureur leur dit : « Vous savez ce qu’elle veut dire votre déposition ? Que les gens en face de vous risquent la prison. Vous êtes bien sûrs que c’est eux ?  ». « Je suis formel  », répètent nos deux dépositaires de l’autorité publique. Sauf que du début à la fin, le dossier est bourré de contradictions, de confusions, de faits susceptibles de faire annuler la procédure et les aveux récoltés au bout d’une quinzaine d’heures de garde à vue sous pression. La « détention arbitraire » par exemple... Mais qu’à cela ne tienne, la juge tranchera, c’est son boulot.

...prépare la geôle

C’est au « bénéfice du doute » que le premier prévenu pour « violences » est relaxé. On est soulagé. Le deuxième prend quatre mois ferme pour « jet de projectile ». Quatre mois d’une vie volés par le glaive vengeur de l’ordre et la justice. Quatre mois pour rejoindre le troupeau. Quatre mois pour se repentir et apprendre à baisser les yeux. La taule, c’est pédagogique, qu’ils disent. Le juge d’application des peines peut encore la transformer en travaux forcés d’intérêt général ou en laisse électronique. En attendant, une quinzaine de personnes ont porté plainte pour les violences et humiliations qu’elles ont subies lors de leur arrestation. Elles sont pour l’instant sans nouvelles. Le Défenseur des Droits (ancienne Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité) s’est emparé du dossier. On n’en attend rien.

Notes

[1Dalloz, c’est la marque des bouquins rouges - codes civils, pénaux, du commerce, etc. – qui ont justifié de mettre les 65 000 personnes actuellement au trou.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...