Témoignages de gardé-es à vue du CCL, le 15 janvier 2011

I

« Je dansais, comme d’autres au sous-sol. On a entendu des cris d’affolement et vu des gaz suffocants descendre vers la cave. Il a fallu quelques minutes pour être totalement asphyxiés, sans possibilité de sortir. Quand la porte s’est ouverte, tout le monde s’est dirigé vers la sortie sans violence mais les policiers matraquaient à notre passage. Je prends un coup de poing dans le ventre, un ami derrière un coup de matraque aux côtes. Dans le fourgon, je découvre les plaies sur les visages. »

II

« Arrivées au commissariat, les femmes sont séparées des hommes et menottées en attendant la fouille. Un médecin est réclamé pour un homme ayant reçu un jet de lacrymo de près : son visage est rouge et de ses yeux toujours fermés sort un liquide blanc. »

III

« Aucune sommation pour nous prévenir de la présence de policiers. J’ai été l’un des premiers à sortir, mains levées, disant à haute voix « Je ne bouge pas » avant d’être violemment plaqué au sol et frappé dans le dos. Un policier a appuyé son genou sur mon visage en me sommant de me taire (« Ta gueule ! »), entravé avec des serflex et traîné au sol sur cinq mètres avant de me faire assoir. Je rappelai que j’étais comme eux, fonctionnaire d’État, chose à laquelle ils me répondirent en me traitant de « sale con », de « gauchiste ». J’ai signifié que je connaissais mes droits. J’ai eu pour seule réponse « Ici, le droit n’existe pas. La loi c’est nous ». »

IV

« Je me suis alors sentie jetée au sol, en tas, plaquée contre d’autres personnes : « Ta gueule et bouge pas ». Après plusieurs dizaines de minutes, je parviens enfin à ouvrir les yeux et découvre le tas humain au milieu de la route dont je fais partie. Des fourgons arrivent, nous comprenons alors que nous allons être emmenés au commissariat. En route, nous demandons à l’agent la raison de notre interpellation, sa réponse est : « J’en sais rien ! » avec un léger sourire. »

V

« Au poste, ce sont insultes et humiliations (« parasite, gauchiste, pouilleux, bâtard, tu verras quand on se retrouvera à la fouille et que tu seras seul »). Ce n’est qu’après la troisième fouille (complètement dénudés) qu’on est libérés des menottes. Des coups pour ceux qui réclament une explication. Quant à l’accès aux toilettes, on nous répond de nous « pisser dessus ». Ne pouvant se retenir, certains urineront dans la geôle. On aura eu à manger, en plus de 15h de garde-à-vue, un sablé et une brique de jus de pomme. »

VI

« Tout s’est passé dans une incertitude complète. Même les policiers qui sont arrivés au cours de la journée semblaient surpris de la nature comme de l’ampleur de cette garde à vue. Je n’ai vu une avocate qu’en fin d’après-midi, après mon interrogatoire. »

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...