Le tourisme comme coup de grâce

Sur le port, une étrange vision dans le bassin Napoléon : deux bateaux de pêche attendent la casse tandis que, tout autour, de nouveaux bateaux prennent place : la plaisance et le tourisme. Les nouveaux dadas des politiques.

 

1991. Guy Lengagne, maire de Boulogne et ancien ministre de la pêche, inaugure le Centre national de la mer, Nausicaá. Sorte de zoo de la mer avec requins, manchots, poissons clowns, etc. Autre attraction, un bateau de pêche artisanal « muséifié ». Depuis Nausicaá ne cesse de s’agrandir. Il est aujourd’hui question d’un Nausicaá IV. Cent millions d’euros pour un doublement de la surface du site avec pour objectif d’en faire « le premier aquarium d’Europe et le troisième à l’échelle mondiale » [1] et de passer à un million de visiteurs par an contre 600 000 aujourd’hui. Dans cette course au gigantisme, la « novlangue » des politiciens ne manque pas de superlatifs à l’instar de Daniel Percheron qui parle carrément de « Louvre de la mer » [2].

Dans cette lignée, les projets s’enchainent : aménagement des berges de la Liane en « pistes cyclables, piétonnes, circulations douces », construction d’un nouveau centre nautique (canoë-kayak) et enfin l’aménagement de la place de la République autour du Casino Partouche. On y prévoit une résidence hôtelière deux et trois étoiles ainsi qu’un hôtel quatre étoiles avec 1 000 m2 de bureaux et des activités en rez-de-chaussée. Le tout édifié en lieu et place d’un symbole de l’histoire boulonnaise : l’hôtel-restaurant Les Gens de Mer qui depuis 1946 accueille les marins de passage. Dernier espace convoité : le site de l’Éperon. À la place de l’ancienne gare maritime, il est question d’y installer aussi des hôtels, des logements, et une énorme tour en guise de doigt d’honneur aux derniers bateaux de pêche qui rentreront au port.

Avec tout cela, quelle est la prétention touristique de Boulogne ? Sûrement pas le tourisme de loisirs quand on sait que la plage a été allégrement polluée par les APO* [3]. Pour le Comité régional de tourisme, la nouvelle cible c’est le tourisme d’affaires lié à l’activité de Capécure* pour distraire et faire consommer entre les visites d’entreprises et les séminaires.

Green killing

En ces temps incertains, il y a encore une valeur bien cotée : le durable, avec l’installation au large de la Manche d’une Aire Marine Protégée (AMP). L’idée est née du Sommet pour l’environnement de Johannesburg (2002) et prévoit l’établissement d’AMP sur 20% des océans du monde. Le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale vient d’être inauguré en décembre 2012 et il s’étend sur 118 km de côtes d’Ambleteuse au Tréport. Or cette zone coïncide avec les zones de la petite pêche.

« Ce qui est dangereux pour nous, explique Émilie, c’est cette zone sur toute la côte. C’est là où on pêche, donc qu’est-ce qu’on va faire ? » C’est la question que se pose aussi Thierry : « On ne sait pas nos droits, est-ce qu’on a droit de pêcher ? » L’inquiétude monte. Les Anglais ont déjà mis en place des AMP. Résultats : « On se retrouve en surexploitation sur une zone ». Ces espaces se retrouvent artificialisés à cause de l’idée même que se font certains d’une nature vierge, désincarnée et où finalement le contrôle humain est encore plus pesant. Émilie le rappelle : « On pratique la pêche la plus écologique car la plus artisanale. La mer, c’est notre métier depuis des générations et la ressource on en prend soin ».

Mais alors qui veut la mort de la petite pêche ? Personne si l’on écoute l’Office du tourisme : « La pêche hauturière représente un véritable atout touristique, on vient de loin pour acheter le poisson et retrouver l’ambiance du quai Gambetta avec les poissonnières et les bateaux qui débarquent le poisson ». Comprendre : folkloriser le quai Gambetta, pour la photo-souvenir... sans le sourire des poissonnières.

Notes

[1Informations de l’office du Tourisme de Boulogne-sur-Mer.

[2La Semaine dans le Boulonnais, 20/03/2013.

[3Les astérisques renvoient au lexique.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...