Edito N°02 - Crise du logement à Lille

numero02Nous vivons une époque trouble ; chacun et chacune se demande à quel désastre politique le prochain ou la prochaine présidente nous conduira. On peut en sourire, rester grave, pencher cynique…Une certitude pourtant : il y a quelque chose d’absurde à contempler le rituel pathétique de ces élites politiques et médiatiques en espérant de leur part la moindre chance de salut. Pourquoi ne pas se prendre au jeu ? Ces comédiens de la propagande, même mauvais, peuvent toujours donner le change à un quotidien trop banal.

 Une chose est sûre : ces saltimbanques des hautes sphères ont du pouvoir. Alors à chacune et chacun de pronostiquer, d’en déduire ses stratégies (vote blanc, utile, nul, tactique, protestataire, absentention active ou passive). C’est idiot, le sort de La Brique en dépend peut-être… Ainsi que le quotidien d’une multitude suspendue à des législations plus ou moins douteuses. En dépend notamment le sort de milliers de voyageurs des temps modernes à qui la police donne la chasse à Calais, Lille et ailleurs. Ces gens que l’on qualifie avec méfiance « d’immigrés », « clandestins », « sans papiers », celles et ceux qui au risque de leur vie ont traversé des continents, dépensé leur fortune afin d’échapper à la misère ou à la mort. Le phénomène n’est pas nouveau : depuis la nuit des temps les êtres humains ont parcouru les plaines et traversé les montagnes à la recherche d’un lieu tranquille pour y vivre. Depuis la nuit des temps aussi l’Etranger est perçu comme une menace et traité en ennemi par un égoïsme qui voudrait que l’on ne peut partager pouvoir ou richesses.

En France, on se souvient des déclarations racistes de nombreux dirigeants politiques, préparant le terrain à des législations sécuritaires empêchant les travailleurs étrangers de pouvoir bénéficier des même droits que les autres, donnant toujours plus de pouvoir à une justice belliqueuse. On se souvient des traques policières commanditées sans discontinuité par tous les gouvernements successifs depuis Giscard. Depuis plus de trente ans, la classe politique installe un régime de séparation présentant l’Etranger comme un « problème à régler ». Elle ne chôme pas la classe politique : matraquage des sans-pap’ occupant la mairie de Lambersart (jeudi 19 avril), procès intenté par l’Etat contre un média libre, Indymedia Lille (voir communiqué p.9).

La Brique ne rentrera pas dans le débat du pour ou contre celui-ci ou celle-là, non qu’il nous importe peu de savoir ce qui nous attend, bien au contraire. Nous pensons que c’est à nous, à vous, de prendre en charge la question politique. C’est pour cela que ce journal existe, c’est pour cela que vous existez. L’accueil de l’Etranger, qui n’est autre que notre voisin, est de notre responsabilité ; et s’il faut outrepasser des lois pour ce faire, La Brique sera toujours là pour témoigner du bien fondé de cette transgression, la démocratie se défendant avec la loi et souvent aussi contre elle.

La Brique n’est pas une alternative, c’est une possibilité parmi d’autres. Elle a ses défauts (« mise en page pourrie », « des photes d’ortaugrafes », « nette tendance à la critique méchante », « écrit trop petit », « pas de poésie »), on ne peut le nier. Elle a aussi commis l’irréparable en épargnant la droite locale et ses extrêmes accointances, préférant taper sur une gauche qui est au pouvoir plutôt que sur des réactionnaires qui balbutient. Nous prenons acte de vos commentaires, même sournois. Quant aux architectes de l’ombre qui veulent entraver notre travail : qu’ils continuent, c’est pour nous la preuve que l’on dérange, et c’est une bonne chose.

Le collectif de rédaction de la Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...