Edito N°01 - Tourisme à Lille

numero01C’est quoi cette histoire de Brique ? A celles et ceux qui en ont assez de voir toujours les mêmes faire le tour des plateaux de télévision, puis passer à un débat radiophonique et s’étaler encore dans les colonnes d’une presse des bonnes nouvelles. À celles et ceux qui en ont marre du mépris du peuple, des chômeurs et des chômeuses, des immigré(e)s ou des gens engagés ...

Bref, à celles et ceux qui en ont assez du cirque des médias dominants et bien-pensants, ce journal est fait pour vous ! Pourquoi La Brique ? Parce la presse locale et alternative n’est pas encore assez répandue dans le Nord. Une Brique aussi parce qu’il nous semble possible de faire une autre information à Lille devant le déferlement des gratuits et la présence de médias à la solde des puissants. En ce sens, nous voulons, prendre l’exact contre-pied de tout ce que ne fait plus une profession journalistique mise au service des élites, de droite comme de gauche. Un n’autre journalisme C’est pourquoi La Brique fonctionne sur un modèle horizontal (pas de rédac’ chef ni de directeur ou directrice de publication, chacun(e) responsable devant la loi, devant son lectorat) et collectif (relectures collectives sur les articles, discussions sur les propositions de sujets, enquêtes ou reportage en binôme). Nous nous basons sur différents principes : autogestion, rotation des tâches, propriété collective, responsabilité et pleine conscience de ses actes, transparence, usage de la parole et du consensus comme règlement des conflits.Retour ligne automatique La Brique est un journal indépendant, financé par ses lecteurs. La publicité y est hors-la-loi. Nous ne sommes liés à aucune organisation politique et nous saurons nous opposer à la fois aux patrons qui plastronnent, à la droite qui les engraisse et à la gauche qui les courtise. Retour ligne automatique Nos objectifs ne peuvent se résumer en quelques mots tant les choix de sujets sont le fruit des volontés individuelles et de l’actualité qui nous touche. On pourrait dire simplement, pour résumer, que nous voulons rendre la parole à celles et ceux que les journalistes ont voulu enterrer sous leur mépris. Nous démontrerons, dans la limite de nos capacités, les intérêts communs des gens et des peuples que les puissants s’emploient à opposer. La transformation sociale n’est pas seulement souhaitable : elle nous semble nécessaire ! Avec ce journal, nous voulons apporter notre part à à ce changement.. « C’est comme ça, on n’y peut rien » Devant un discours défaitiste rabâché depuis plusieurs années par les médias, nous informerons sur l’information, ses dévoiements, ses cadors (la Voix du Nord par exemple). Nous n’épargnerons ni les projets qui nous semblent dégueulasses (du casino au commissariat) ni les personnes qui sont derrière ces projets (leurs marchands comme les responsables politiques). Retour ligne automatique Parce que nous refusons l’esprit de résignation face au " tout-libéralisme ", nous essaierons de remettre en lumière les gens et ce qu’ils peuvent penser de leur lieu de vie ou de travail. L’un des buts étant d’amener les personnes à se mobiliser, à donner leur avis, sur des sujets, des faits, des projets qui les concernent ou qu’ils ou elles se prennent sur le coin de la gueule (Lille3000 par exemple). Le mot d’ordre ? Amusons-nous ! Avec des papiers variés (reportage, interviews, portrait, brève, chronique etc.) et une place faite à la photo et au dessin, nous avons l’ambition de permettre aux gens de reprendre en main leur sens critique. La ligne éditoriale est réalisée à partir de notre texte fondateur, sorte de charte d’intentions et d’engagements, à la fois collective et individuelle, visant à limiter non pas notre liberté d’expression, mais bien l’accès à nos propores démons, éventuels. Dans cette optique, la contradiction entre journalistes et la pluralité des points de vue sont le gage d’une ouverture d’esprits rare en ce bas monde de la Presse. Nous ne nous priverons pas d’en user ! Retour ligne automatique Enfin, on essaiera de ne rien sacrifier à la vérité, mais avec suffisamment d’humour pour donner un peu le goût de lire. Si on ne résistait pas dans la joie, au nom de quoi le ferions-nous ? Collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...