Edito N°08 - Bienvenue chez les ch'tis ?

numero0868 c’est fini ! Et pourquoi pas juin 2008 ?

Ce son… ça vient de loin, tu l’entends ? C’est la cadence de nos vies étriquées… « Donnez nous du travail ! » qu’on gueulait, tu te souviens ? « On veut de l’argent ! On a rien pour manger ! »…

Juin 2008… Ne serions-nous pas en train de ployer langoureusement, de se laisser écraser, fatalement, sous le poids d’une mémoire commune depuis longtemps consommée, achetée, vendue ? Nous voilà comme des vaches, à paître dans un même champ médicamenté, celui de 68 ! Utilisé comme un produit médiatique, 68 en 2008 c’est encore moins passionnant qu’une collec’ Panini !.... Ah ! Ce que c’était bien l’époque où l’on extirpait les pavés, où l’on bloquait le pays, où l’on scandait : « l’émancipation des femmes sera l’œuvre des femmes elles-mêmes », « nous sommes tous des juifs allemands ! » ; et où, pour la dernière fois de l’histoire, de réelles barricades furent dressées à Paris… Ces dernières semaines, nous avons été forcés de consommer du 68 par paquets de douze, comme s’il s’agissait de faire baisser la consommation en xanax des Français. Eh oui ! Car Mai 68 est une manière nostalgique de croire au progrès, une façon de capter et d’apaiser l’ « a-tension ». C’est tellement mieux finalement de consacrer nombre d’émissions, d’articles, de unes, de publications spéciales, de festivals, de commémorations en tout genre à une sorte de vieux souvenir malléable à souhait, que de parler consciencieusement d’une page troublante de notre histoire, celle de notre présent, juin 20081.

C’est quoi le progrès ? Bientôt on pourra même entendre que les canards sans pitié comme La Brique sont conservateurs ! Certains penseront que La Brique est un journal de privilégiés, que ces feuilles ne pourraient pas exister dans un autre pays… Foutaises ! Ecrire un journal sans pub et sans révérence fait partie de ces acquis que nos drôles de dirigeants s’obstinent à transformer en « charges » inutiles. Pourtant, nos observations, inutiles pour certains, dévoilent une autre vérité, loin des « prime time » soixanthuitards, celle de notre époque, en tout point différente de 68 et de cette délicieuse drogue sociale que l’on injecte dans nos rêves d’utopistes… Ne nous trompons pas, ce que nous critiquons c’est la régression !

2008, et des personnes écervelées, des religieux-ses, implorent encore le ciel pour interdire l’avortement. 2008, et ceux que l’on appelait autrefois des fascistes ont aujourd’hui le droit de se réunir sous couvert de folklore. 2008, et ceux que l’on nous fait appeler « étrangers » subissent toujours l’effroyable machine autoritaire du « pays des droits de l’homme » [sic]. 2008, quand précarité rime avec croissance économique, alors que la majorité des Français-es devront bientôt travailler plus pour gagner moins ! Ah ! Ce que c’était bien 68 ! Malheureusement, 68 est fini, 68 sera toujours fini !

Ce son… ça vient de loin, tu l’entends ? C’est la cadence de nos vies étriquées… « Donnez nous du travail ! » qu’on gueulait, tu te souviens ? « On veut de l’argent ! On a rien pour manger ! »… C’était à Paris, pendant le printemps 1871. On nous appelait « les communards »…

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...