Edito N°16 - Calais : la politique du barbelé

numero16Calais est un territoire privilégié pour les forces de l’ordre qui peuvent se lâcher sur les migrant-es. On le savait, mais on ne s’attendait quand même pas à ça : durant le camp no border, le déploiement policier a été complètement démesuré. Imaginez donc : 2500 flics, la police montée, un hélico, des flics postés en « snipers » (avec caméras) pendant le défilé, canons à eau... pour un camping de 500 personnes et une manif.

Au-delà du coût financier (on parle d’une dizaine de millions d’euros), l’État a envoyé un message on ne peut plus clair à la population : l’ennemi intérieur, ou extérieur, ne passera pas. Bien aidé dans leur propagande par les médias locaux, les autorités se sont payées un entraînement grandeur nature à la guerre urbaine, la « cité des bourgeois » étant en état de siège. En bonus, un repérage en bonne et due forme de tous les lieux squattés par les migrants.

Que penser, dans une « démocratie », d’une ville où la liberté de circulation est restreinte (accès limité au centre, contrôle au faciès) ? Que penser de ces fonctionnaires zélés qui viennent retirer des affiches no border sur les vitrines de certains commerces ? Que penser, enfin, des infiltrations, par la police, de groupes militants comme le Centre Culturel Libertaire ? Rien de très nouveau sous le soleil, diront certain-es.

Ça fait un ptit moment, depuis qu’on édite ce canard, qu’on vous met en garde contre les dérives sécuritaires. Et ce n’est pas Jean-Claude Lenoir, vice-président de l’association d’aide aux réfugiés Salam, qui nous contredira. Déjà « en sursis », celui-ci est passé en procès le 23 juin pour « outrage à CRS ». Verdict le 21 juillet. Ce n’est pas non plus « Zetkin », activiste qui informe depuis des années sur les exactions policières à Calais (via Indymedia Lille) et dont le procès a été reporté au 6 octobre, qui ne corroborera pas à cette version (voir ici). Ni la vingtaine de gardé-es à vue suite au blocage du CRA de Lesquin. Ni les cinq personnes qui passeront en procès en novembre 2009 suite à des interpellations pendant le no border.

Calais n’a pas l’apanage de la foudre d’Etat. La question qui se pose n’est pas tant celle de la criminilisation des militant-es (cf. Strasbourg) ou des classes populaires (cf Villiers-le-Bel) mais bien celle de l’étouffement de toute idée contestataire au nom d’une démocratie qui se voudrait pacifiée.

Face à tout ça, savoir comment lutter et résister devient essentiel. On peut opposer la force à la force, comme les black blocks. On peut assurer sa propre information, comme l’a pu faire le camp no border avec son journal Nomade. On peut aussi résister en mettant un peu de poésie. On peut se positionner du côté sensible des choses face aux gestions froides des technocraties modernes. À vous de dessiner les pistes que nous nous ferons un plaisir de relayer.

Le collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...