Edito N°20 - Publiques mais invisibles

numero20Un camarade nous a raconté l’histoire récente d’un instituteur qui s’est battu pour régulariser un sans-papiers. Un élève de CM2. Avec d’autres, il a fait des pieds et des mains pour arracher son autorisation à vivre en France. Quand les flics sont venus dans son école pour embarquer le gamin, il leur a dit qu’il n’était pas là. Il l’a caché chez lui. Au bout de quelques mois, le petit et sa famille ont eu les papiers. Une histoire, parmi des milliers d’autres. Qui prouve, s’il le fallait encore, qu’à un moment il faut savoir prendre des risques, aller contre la loi, se mettre en danger, bousculer, s’énerver, faire l’exact opposé de ce que l’on attend de nous.

 

JPEG - 21.9 koEn juin 2008, les sans-papiers de Vincennes, plutôt que de continuer à subir l’humiliation et la brutalité de l’enfermement des centres de rétention, ont préféré y mettre le feu. Ils passent devant le juge le 25 janvier. En avril 2009, les salariés de Continental, pris pour des merdes, auraient pu se laisser mettre à la rue, et la fermer. Ils ont préféré occuper leur usine et aller mettre le bordel à la sous-préfecture de Compiègne. Ils ont rendez-vous devant la justice bourgeoise le 13 janvier. Les salariés de Pimkie, plutôt que d’aller célébrer Noël avec une boule au ventre, ont préféré passer les fêtes sur le piquet de grève devant leur boîte et sous la flotte. A défaut d’augmenter leur prime, ça leur permettait de dire à tout le monde, que leurs patrons, ces raclures de Mulliez, ils les emmerdaient sincèrement.

Continuer !

Bien sûr, toutes ces petites histoires ne font pas une révolution. Mais elles alimentent sa possibilité. Comme notre petit canard. Comme ce nouveau local autogéré à Lille-Fives, Le Chat Crevé. Comme bien d’autres initiatives de luttes, partout, ici et ailleurs... qui peuvent parfois paraître inutiles, vaines, sans lendemain. Il arrive ainsi qu’on se demande à quoi sert La Brique qu’on se crève à sortir tous les mois. Mais on nous dit qu’il faut continuer, que c’est important. Et quelque part, on le sait bien. Même face à la morosité, il ne faut pas lâcher. Que toutes ces petites étincelles, tous ces combats autour de nous, à défaut de rassembler le peuple sur les barricades demain permettent d’envisager qu’elles se montent les jours d’après...

Année 2010. Des milliers d’expulsions, des dizaines de milliers de gardes à vue, de nouvelles lois racistes, répressives, de nouvelles prisons, un million de chômeurs supplémentaires... La gestion de la crise va continuer. Nul doute. Car ils n’ont plus rien à nous proposer, à nous vendre. Ne leur reste que le contrôle social, sous toutes ses formes, pour éviter que ça leur pète dans les doigts.

Alors l’inconnu, comme chaque année, c’est la riposte. Ceux et celles qui feront un pas de côté, qui leur cracheront à la gueule, qui refuseront, qui s’arrêteront, qui combattront, qui s’organiseront et qui emmèneront tous ceux et celles autour d’eux qui ont envie de vivre, un peu, beaucoup, passionnément. Même pour une heure, une journée, un mois, tout ce qui sera bon à prendre, pour respirer un coup. Pour leur faire comprendre, et se persuader, toujours, que les choses ne sont pas immobiles, que tout peut s’écrouler et se reconstruire.

Alors bonne année à vous qui essaierez encore ces prochains mois de botter le cul aux patrons, aux flics, aux dirigeants, aux petits chefs, au racisme, au sexisme, à la marchandise, bref, à tout ce qui permet à ce foutu système de continuer...

JPEG - 21.9 ko

Le collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...