Edito N°21 - Un "socialiste" ca trompe énormément

numero21Brûler les agendas

Sans doute aurez-vous remarqué comme une « couille » dans le calendrier de La Brique. Comme son absence – pesante, il est vrai – pendant le mois de février. Eh bien sachez – nous pouvons l’avouer à présent – que nous avons ouvertement « séché ». On assume, de la même façon que nous avons assumé par le passé l’école buissonnière, les retards à répétition au boulot et, en définitive, les congés ILLIMITÉS.

Car vous savez, nous – les révolutionnaires frénétiques, quoi –, s’il y a une contrainte qu’on ferait bien sauter, c’est assurément celle du « calendrier ». De même que le planning, les horaires, les cinq semaines de congés payés à répartir soigneusement sur douze mois, les rendez-vous à noter dans un « agenda », eh bien tout cela nous emmerde profondément. Malgré les apparences.

Mais par contre, n’abusons pas, nous comprenons fort bien que concevoir un « calendrier » peut être parfois très stimulant. C’est vrai, certains le prennent du bon côté. Et ne s’en cachent pas. L’autre jour, c’était au tour des barons voleurs – qu’on appelle par ailleurs « partenaires sociaux » – de se réunir autour du président de la République, lors d’une garden party pour fixer un « agenda social 2010 ». « La réception était exquise », confiera un représentant de l’aristocratie ouvrière. « Le palais de l’Élysée est toujours si chaleureux », dira un grand propriétaire. A n’en point douter, le « sommet social » du 15 février dernier a fait sensation dans le monde.

Le « dialogue social »

Lors du débat – euh non, on ne débat pas entre gens de bonne famille, on « dialogue »… Lors du « dialogue social » donc, François, pour la CFDT, s’adressa à Nicolas :Retour ligne automatique
« Monsieur Le Président de La République Française, nous, les partenaires sociaux, nous voudrions organiser une grande journée de grève interprofessionnelle, comme chaque année, et, euh… comment dire, euh… voilà, nous aurions voulu savoir si nous pouvions faire cela fin février…

– Ça, sûrement pas, l’interrompit Bernard, pour la CGT. Fin février, c’est les JO, François. Pas de grève pendant les JO, tu le sais. La CGT propose fin mars…

– Fin février ou fin mars, s’irrita René pour la FO, c’est kif-kif bourricot, les gars. La FO en a assez des grèves et des manifestations. Alors cette année, ça sera sans nous.

– Calmez-vous, calmez-vous, les enfants, reprit le président, allons. Je pense que nous allons pouvoir libérer un créneau pour votre défilé, mais attention, une journée pas plus, hein… hum, attendez, laissez-moi voir … oui, là, le 23 mars, c’est parfait. Ça irait pour toi, Laurence [Parisot ndlr] ? [Celle-ci acquiesce en sourcillant]… Bon très bien, le 23, ça va à tout le monde ?

– Oh oui, Monsieur, répondit Bernard. C’est très gentil de votre part, Monsieur. »

Voici, en substance, comment se décide le sort de millions de personnes, sans élever la moindre révolte. Quand on vous dit qu’un calendrier ça nous emmerde, c’est bien parce qu’il est un instrument de pouvoir. Décisif. A cause de lui, au soir du 23 mars, il faudra attendre l’année suivante pour être autorisé à marcher dans les rues, unis et solidaires.

A moins que ?

Malette {JPEG}

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...