Faire tomber la vitrine

numero22Premier mai 1851. Londres célèbre l’inauguration de la première exposition universelle. L’Angleterre est alors la puissance industrielle et commerciale par excellence, et cette exposition l’occasion de le révéler au reste du monde. C’est «  le jour le plus grand de notre histoire », écrit la reine Victoria à son oncle. Dans la ville, 6000 flics et l’armée sont prêts à intervenir. Au cas où l’« underworld » s’immiscerait dans la fête.

 

Le six mai prochain, Martine Aubry sera la future impératrice des Indes. C’est en effet à cette date qu’elle se rendra à l’exposition universelle de Shanghai pour inaugurer le pavillon « Lille Europe ». Selon ses scribes, «  l’enjeu est de taille » car cette « vitrine du Nord-Pas-de-Calais » permettra de «  faire découvrir la vitalité économique et culturelle de la métropole, présenter nos entreprises les plus performantes et séduire les chefs d’entreprise chinois » [1]. Le site choisi, loué autour de 50 000 euros la semaine jusqu’au 15 juillet, est un ancien temple taoïste du XVIIe siècle… «  Magnifique (…), aux abords des Champs-Élysées shanghaïen », selon la reine [2].

A l’origine, Sa Majesté désirait « un lieu pour [exposer] nos pôles d’excellence économiques », et, pour diriger le projet, c’est tout naturellement vers le prince Didier Fusillier qu’elle s’est tournée. Qui d’autre en effet que ce coq gavé de millions d’euros publics grâce à son association « culturelle » Lille3000 aurait été capable de faire rayonner l’économie de la métropole en Asie ? Représentant au mieux la « gouvernance » aubryiste il n’est ni vraiment un patron, ni vraiment un responsable culturel : il est, simplement, un homme riche. Un grand bourgeois représentatif du « socialisme » lillois. Un grand bourgeois comme il s’en trouva beaucoup, en 1851 dans les allées du Crystal Palace, édifice pharaonique bâti spécialement pour l’occasion.

A l’instar de Victoria, dans une centaine d’années, l’histoire officielle se souviendra de ce six mai à Shanghai comme d’une apothéose du règne de Martine Aubry. Espérons qu’il existera alors un historien pour révéler les dessous insignes de cette « vitrine ». Ainsi de François Bédarida : « Qui, en effet, se préoccupe du revers de la médaille ? Qui prête attention aux victimes – la masse des opprimés et des écrasés ? Qui remarque […] que le jour de Noël 1851, à Leicester Square, en plein cœur de Londres, il est besoin d’organiser une fête de charité pour procurer à dix mille familles indigentes du quartier un peu de roast beef et de plum pudding arrosés d’une tasse de thé ? » [3]

D’ores et déjà, nous pouvons mettre sur la piste cette personne en quête de vérité qui s’égarera peut-être – rêvons un instant – sur ces pages jaunies par le temps : la région Nord-Pas-de-Calais est la plus pauvre de France métropolitaine [4] ; une personne sur six y vit avec moins de 900 euros par mois ; l’hiver, les Restos du Cœur y distribuent près de 15 millions de repas pour plus de 100 000 personnes ; dans un quartier lillois comme le Faubourg de Béthune ou une ville de banlieue comme Seclin, ces chiffres ont augmenté de 10 % cette année…

La « vitrine » de Lille à Shanghai n’exposera pas cela. Elle montrera qu’en France les riches se portent bien, même en temps de « crise ». Elle portera haut l’étendard de ces 11 000 personnes gagnant plus de 500 000 euros par an. Et dissimulera les 8 millions qui ne dépassent pas les 11 000 euros. Cette vitrine, c’est celle de la grande bourgeoisie. Flegmatique et indifférente à la misère.

Le collectif de rédaction

JPEG - 166.4 ko
Notes

[1Lille Métropole Info, 04/10

[2Nord Éclair, 30/01/10

[3La société anglaise, 1976

[4Avec le Languedoc-Roussillon

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...