Edito N°26 - Moins de flic, plus de Hip hop

numero26 1A qui le tour ?

Ça n’en finit pas, et c’est tant mieux. Jour après jour, le Maghreb et le Moyen-Orient s’enflamment davantage. À coups de pieds au cul, les Tunisiens ont viré Ben Ali. Plusieurs semaines d’occupation de la rue, de manifestations de masse et d’affrontements violents ont été nécessaires. Après trois semaines de siège de la capitale, le peuple Égyptien vire Moubarak.

 

Dans les deux cas, des centaines de personnes l’ont payé de leur vie, puisque flics et militaires ont ouvert le feu sur les manifestant-es. Ces derniers ont opposé une résistance et une volonté exemplaires : commissariats, banques, supermarchés et bâtiments officiels ont cramé. Des pluies de pierres et de molotovs ont répondu à la matraque et au fusil. À l’heure où nous mettons sous presse, le pouvoir libyen et son tyran Kadhafi - que Sarko, Chirac et Mitterrand ont toujours ménagé pour raisons commerciales - va peut-être sombrer lui aussi. Encore une fois, la résistance du peuple est déterminée, et la répression sans pitié. Dans le même temps, la riposte populaire s’est déclarée dans nombre de pays voisins. Les situations sont diverses mais la liste s’allonge : Algérie, Yémen, Bahreïn, Jordanie, Iran, Liban, Maroc, Soudan...

Bien sûr, on se méfie des effets d’annonces. Ni « sociales », ni « communistes », ces révolutions resteraient à ce jour « démocratiques » - avec toutes les perversités que recouvre aujourd’hui ce terme. Les profiteurs sont toujours là, et guettent comme des vautours. Les jeux de chaises musicales au sommet du pouvoir ne trompent pas : les élites politiques retournent très vite leur veste et les bourgeoisies locales ne savent que trop bien conserver leurs acquis. Mais rien n’est joué. En Tunisie comme en Égypte, les grèves se multiplient, les manifestations continuent, et des revendications sociales et politiques sont mises en avant.

À propos de la Tunisie, les médias français ont parlé de « révolution du jasmin ». Un épithète qui pue l’orientalisme et ses fantasmes coloniaux. Quant aux dirigeant-es occidentaux, notamment français, si certain-es comme MAM, Fillon ou Guigou ont été égratignés pour leurs liens avec Ben Ali ou Moubarak, cela n’a pas été plus loin. La honte, celle d’un État guerrier, raciste, policier qui n’a jamais hésité à s’allier avec ces dictatures pour échanger des armes contre des villas au soleil. Des relations néo-coloniales, à l’instar de la « françafrique » dont on donne encore l’exemple ici avec la sale guerre oubliée de la France au Cameroun.

Les peuples africains ont en face d’eux des dictatures et des régimes autoritaires, corrompus, appuyés en coulisse par les États occidentaux. La meilleure solidarité qu’on puisse avoir ici même serait d’opposer à nos dirigeants une résistance digne des peuples du Maghreb. Il suffit néanmoins d’un coup d’œil sur ces derniers mois pour être rapidement ramenés à la réalité. La manif’ du 1er février au Caire, qui a participé à enterrer le régime Moubarak, a rassemblé un million de personnes. En comparaison des trois millions d’octobre 2010, du CPE ou des révoltes de 2005, on se dit qu’il y a matière à réflexion... Certains osent d’ailleurs ce parallèle : « Une croissance inégalitaire, un chômage élevé, des manifestations réprimées par des appareils policiers obèses, une jeunesse instruite et sans débouchés, des bourgeois parasites qui vivent en touristes dans leur propre pays » [1], les maux semblent similaires mais les brutalités quotidiennes n’ont pas les mêmes échelles. Ces régimes ne tenaient qu’à un fil : l’unique répression, sa force brutale et la peur qu’elle inspire. Une fois celle-ci mise en branle, tout l’édifice social tombe comme un château de cartes.

Notes

[1Serge Halimi, « L’impossible arrive », Le Monde Diplomatique, février 2011.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...