Lexique

Capécure
Quartier à cheval sur les communes de Boulogne-sur-mer et Outreau. Jadis habité, il est désormais entièrement dévolu à l’industrie de transformation du poisson. On y trouve des usines de filetage, des conserveries, des usines de conditionnement multiples. Les produits vont du filet de poisson à la pâté pour chien en passant par les croustibats. Lié à cette industrie, un centre logistique immense avec une des plus grandes gare de marée européenne (112 quais d’embarquement). Ouverte 24h/24, elle permet une liaison quotidienne avec toute l’Europe.

Lire la suite : Lexique

Paroles de mer

peche

Rencontre avec Émilie et Thierry, deux personnalités, deux façons de pratiquer la pêche et de raconter le port de Boulogne.

Émilie. La trentaine, le regard fier et une force de caractère qui transparaît dès les premiers échanges. Affairée à la vente du poisson sur le quai Gambetta, elle gère la boutique du Surcouf, le nom du bateau que son mari dirige. C’est qu’elle a marié la mer par deux fois, Émilie : originaire de Tourcoing, elle a épousé son amour de vacances, « dans la pêche depuis toujours puisque son père aussi était marin-pêcheur ». « Je me suis lancée dedans car il fallait quelqu’un pour vendre le poisson ! J’ai appris le métier sur le tas : reconnaître les variétés, les écorcher. Mes voisines [de boutiques] m’ont appris. Une semaine pour savoir faire un filet ; une année de galère pour avoir des clients ».

Lire la suite : Paroles de mer

Soleil vert pour Croissance bleue

Les poissons se font rares ? Les fonds marins défoncés par les chaluts ? Qu’à cela ne tienne. Scientifiques et écologistes ont les solutions que l’agro-industrie attendait pour continuer de marcher sur la tête. Plongée dans l’aquaculture et les mutations génétiques. Miam.

Au rayon frais des stratégies économiques régionales, la reconversion de la pêche boulonnaise dans l’aquaculture est en marche [1]. Après les porcs et les hommes, voici les poissons en batterie. Une fois finie la dépollution des sols, l’ancien site de production de ferromanganèse de Boulogne se convertira aux poissons d’élevage.

Lire la suite : Soleil vert pour Croissance bleue

La pêche en cale sèche

Premier port de pêche en France ! » à Boulogne, le slogan est partout, largement relayé par la municipalité et la Chambre de Commerce. Avec sa flottille de 150 bateaux, Boulogne devance encore les villes bretonnes en tonnes de poissons acheminés au port. Mais il est loin le temps ou la côte boulonnaise brillait par sa pêche aux harengs. Boulogne n’est plus un port de pêche, et n’a plus vocation à l’être.

Lire la suite : La pêche en cale sèche

La maison du « hype » hop

cecu« Centre eurorégional des cultures urbaines » : le nom ne laisse présager rien de bon et a un petit quelque chose de… comment dire… « euralillien ». Autant vous dire que nos oreilles ont quelque peu sifflé. Nous avons tout de même décidé, sans a priori aucun, de nous renseigner sur ce nouveau projet qui verra le jour rue d’Arras, à Moulins, en 2014. Alors, culture urbaine ou urbanisme culturel ?

Lire la suite : La maison du « hype » hop

Détour par un café culture

detourÇa fait quinze ans que Philippe tient son troquet, Le Détour. Rue de Fontenoy à Moulins, il anime un peu ce quartier populaire, aujourd’hui désigné « Zone de sécurité prioritaire ». Il nous raconte son parcours et ses difficultés actuelles à faire vivre un café concert entre les législations sur le bruit et celles sur les horaires de fermeture.

Lire la suite : Détour par un café culture

La fin de la zone de l’Union

Le 15 septembre était organisé un « forum ouvert » pour changer « d’ère à l’Union ». Ne reculant pas devant l’aberration d’ouvrir un « forum » dans une zone dépeuplée, l’éco-citoyenneté ne conçoit pas de rejeter l’« ère de l’Union ». Juste la changer, en un idéal petit bourgeois. Nous avons eu envie de revenir à l’Union, relire notre dossier publié en 2009, histoire de voir le changement. Le 29 septembre, dans les locaux de l’asso roubaisienne Chez Rita, une discussion s’est lancée entre gens du coin, curieux et notre estimé invité Jean-Pierre Garnier.

Lire la suite : La fin de la zone de l’Union

Des cinés, pas des ersatz !

hybrideMi-janvier l’annonce résonne comme un coup de tonnerre : le cinéma tranquillou de la rue Gosselet, avec ses canap’ et sa Duvel à la pression risque la fermeture. Sur son site internet, L’Hybride appelle aux dons et pétitionne pour sauver sa toile. Les plaintes de voisinage, les normes de sécurité et d’insonorisation, la concurrence de Lille 3000 et des cinés commerciaux posent question : quelle ville on veut ?

Lire la suite : Des cinés, pas des ersatz !

Dans la fabrique du capitalisme durable

world forumUne « Troisième révolution industrielle » : tel était l’ambitieux programme du « World Forum » de Lille qui s’est tenu des 14 au 16 novembre dernier. L’occasion pour les élites politiques et patronales de la région de disserter sur le thème des « entreprises responsables ». Mais responsables de quoi ?

Organisé depuis 2007, le « World Forum » de Lille est chaque année l’occasion de célébrer en grande pompe les convergences de vue entre élites politiques et patronales. Dans l’enceinte du Grand Palais, on cause business écologique – et pas n’importe comment : 5 250 participants, des dizaines de conférences-débats, un « village de rencontres », des « groupes de travail privatif », etc. Le Réseau Alliances, organisateur de l’événement, avait tout prévu pour que la sixième édition de ce World Forum fasse parler d’elle.

Lire la suite : Dans la fabrique du capitalisme durable

« Je vis dans ce monde-là depuis 33 ans »

policeAnass connaît bien la police. C’est même, peut-être, ce que l’État lui a le plus donné à connaître. Les contrôles au faciès, les gardes à vue houleuses, les réflexions racistes, les coups de tonfa gratuits, il sait ce que c’est depuis son adolescence. Rencontré dans un bistrot de Wazemmes, il nous a raconté cette partie de sa vie.

Lire la suite : « Je vis dans ce monde-là depuis 33 ans »

Eaux du Nord : La Métropole paye en liquide

eauAprès trente ans de gestion de l’eau par les multinationales, la Communauté urbaine (LMCU) a les moyens d’un retour en régie publique. Malgré les magouilles financières et les prix prohibitifs, les technocrates locaux n’ont pourtant pas l’air convaincus. Le « collectif eau » tente de peser sur le débat avec un objectif : le contrôle public de cette ressource élémentaire.

Lire la suite : Eaux du Nord : La Métropole paye en liquide

Samu Social. La politique du thermomètre

Au siège du 115, on répète inlassablement : « Saturation des places d’hébergement, Monsieur. Il faut appeler à huit heures. À l’heure actuelle, je vais être franc avec vous, le nombre de places est de zéro ». Florence et Rabah du Samu social*, respectivement éducatrice et conducteur, acceptent d’êtres accompagnés quelques heures.

Article publié initialement dans La Brique n°31 (mars-avril 2012).

Lire la suite : Samu Social. La politique du thermomètre

Arrière-fumures : une omerta agricole

fumureUne mallette de biftons sous la table ? En plus du coût prohibitif du foncier agricole, les jeunes agriculteurs qui souhaitent s’installer dans la région doivent affronter des pratiques clandestines qui n’en finissent pas de favoriser les gros exploitants. Pas étonnant que de 2000 à 2007, le nombre d’exploitants soit passé de 18 000 à 13 800. Une hécatombe.

Lire la suite : Arrière-fumures : une omerta agricole

Du béton au bétail

En Picardie aussi on s’attelle au redressement productif. Au Nord d’Abbeville, le bétonneur Ramery projette la construction de la plus grande exploitation laitière française : 1000 vaches et 750 veaux et génisses seront élevé-es hors-sol, dans un hangar. Adossé à cette super-ferme sans pâture, un méthaniseur d’une puissance de 1,5 MegaWatts produira de l’électricité à partir des déchets organiques qui ne manqueront pas d’en sortir.

Lire la suite : Du béton au bétail

V’Lille, coup de pédale dans la sémoule

Avec le V’lille, Lille n’a jamais été aussi fière depuis la Libération et la victoire du LOSC. Sur tous les murs de la ville, en petites plaquettes couleur, en spots audio, la Métropole fait sa com’. Les V’Lille sont enfin là ! La mairie socialiste et ses alliés Verts se sont offerts un nouveau jouet. Le vélo on aime, le V’lille beaucoup moins.

Lire la suite : V’Lille, coup de pédale dans la sémoule

Page 3 sur 7

Sur le même sujet