Droit à la ville

Etat nucléaire, Etat policier : quand Anne Lauvergeon (Areva) disserte sur les bien-faits du nucléaire

Une militante de l’association Virage-énergie - et accessoirement salariée du Réseau « Sortir du nucléaire » a assisté récemment à une conférence en présence d’Anne Lauvergeon, présidente du groupe Areva. La police était également au rendez-vous. Hors de question de laisser s’exprimer notre détractrice du lobby nucléaire. Témoignage.

Lire la suite...

L’association La Pioche évincée du projet : « Une sale histoire »

Un an que l’association La Pioche se démenait pour ouvrir une épicerie solidaire à Lille-Sud. L’idée prenait dans le quartier : réunions avec les habitant.es, les centres sociaux, les associations... Lorsque la mairie suspend le « processus » : elle souhaite intégrer au projet le Pacte 59, une association créée par Carrefour. Un partenariat plus ou moins forcé se met en place. Carrouf finit par manger le projet tout cru et le vide de son sens. Témoignage dépité du président de La Pioche, Xavier Broussier.

Lire la suite...

Quand Toyota inspire le Furet du Nord

À l’image d’un Darcos qui promet 500 euros à tout prof effectuant trois heures sup’ hebdomadaires, mais en plus crevard, la nouvelle direction du Furet teste ses techniques de management salarial. Le nom de code de cette arme fatale : la BIF, comprenez la « bonne idée furet ». L’agent du capital : Jean-Marc Lecerf.

Lire la suite...

Coup de théâtre au ZEM

Après le LEM, c’est au tour du Zem ! Menacé de se retrouver à la rue d’ici la fin de l’année, le théâtre de quartier de Wazemmes vit une période de chamboulement… Sur place, une équipe motivée pour ne rien lâcher nous raconte les dix années d’existence de l’association, ses hauts et ses bas. Alors le Zem, même pas mort ?

Lire la suite...

Lexique tag graffiti

Blaze : C’est le pseudonyme du tagueur. A l’origine c’est une marque que l’on fait sur les arbres ou le bétail.

Crew : C’est le groupe. Le tag peut se pratiquer seul, certes, mais la majeure partie du temps, les writers se réunissent en crews.

Lire la suite...

Stop-toujours !

Au 1er juillet dernier, l’entreprise Stop-Graff change de convention collective, au détriment des salariés. La jungle du « marché » (si cher au socialisme lillois) prend le dessus. Le « team Aubry » engage des milliers d’euros pour remplir les caisses d’une boîte « compétitive », aux salariés victimes d’une « flexibilité » nauséabonde.

Lire la suite...

Arnaque au crédit fonchier

creditPour qui peut encore s’acheter une baraque, on trouve des prêts à taux d’intérêt fixe, et d’autres à taux variable. Ces derniers sont à très haut risque, reposant sur des indices financiers instables. Vantant une sécurisation qui s’avérera inexistante, le Crédit Foncier - filiale Caisse d’Epargne - a contracté 150 000 de ces subprimes français à grand coup d’escroquerie.

Lire la suite...

Place du vélo dans le quartiers riches : Vélo non grata

Un lecteur de La Brique nous a fait parvenir une lettre destinée à certains élu.es. Cet habitant du Vieux-Lille avait écrit cette missive suite à l’enlèvement forcé de son vélo par des policiers municipaux. La raison invoquée : pour la propreté, Monsieur ! L’anecdote relatée dans la lettre illustre bien le caractère retors des politiques de la ville. Voici des extraits.

Lire la suite...

GROS MOTS : charges sociales

« Comme par imprégnation lente, la langue du néolibéralisme s’installe : plus elle est parlée, et plus ce qu’elle promeut se produit dans la réalité. Créée et diffusée par les publicitaires et les économistes, reprise par les politiciens, [elle] est devenue l’une des armes les plus ef ficaces du maintien de l’ordre. »  (Eric Hazan, LQR : la propagande du quotidien, éd. Raisons d’agir, 2006).

Au rayon lexical des poids qui entravent la contre-réforme libérale de la France : les lourdeurs administratives, le mammouth qu‘est l’éducation nationale, la pression fiscale, ou encore les charges sociales. Et le MEDEF l’assure : « Les chefs d’entreprise souhaitent pouvoir distribuer plus de salaire net à leurs salariés, pour créer de la croissance donc de l’emploi. D’où l’importance de baisser les charges sociales » [1]... pour augmenter les profits. Mais surtout, posée en termes de charges, la question des cotisations appelle nécessairement à leur allègement... Foi de patron  !

Lire la suite...

Sur le même sujet