Wissant: paye ta digue

wissant05 1C'est toujours la même carte postale que les brochures de la région nous vendent, la baie de Wissant ensoleillée avec ses belles plages. Les futurs vacanciers apprécieront sûrement marcher sur sa nouvelle digue toujours en travaux. Mais l'envers de la carte est moins charmeur. Entre manque de concertation, collusion amicale et bétonnage du bord de mer : bienvenue dans le monde merveilleux du marketing territorial.

Le littoral du Nord-Pas-de-Calais est largement touché par l'érosion et la disparition du sable des plages1. Ce phénomène naturel n'est vu comme un problème que parce se trouvent des propriétés en bord de mer, mais dans le cas de la baie de Wissant, il révèle bien les enjeux politiques qui lui sont liés.

Concertation sans concertation

À Wissant le trait de côte s'est retiré de trois cent mètres en cinquante ans. La dune qui protégeait2 certains quartiers du village comme celui de la dune d'Aval a reculé, jusqu’à disparaître par endroits. Certain.e.s habitant.e.s voient leurs maisons menacées par la mer lors de tempêtes ou de grandes marées. En premier lieu, c’est le front de mer qui est grignoté. En 2007, la digue est complètement détruite par une tempête. Mais la reconstruire coûte cher. Du coup le maire, Bernard Bracq, a voulu « prendre les choses en mains », histoire de faire financer son chantier.
Réélu en 2014 sur le projet de digue, le maire n’a visiblement pas fait dans la dentelle. Le nouveau chantier a de quoi impressionner. Il faut dire que Bouygues a touché plus de 6,5 millions d'euros d'argent public pour ériger sa solution béton. Mais elle est surtout un rempart pour les propriétés du front de mer, possédées en grande partie par la bourgeoisie lilloise et belge du week-end. Pour faire simple, en protégeant uniquement cette partie, la digue aggrave le problème, et l'on expose encore plus les côtés. Des riverain.e.s excentré.e.s, comme ceux de la dune d’Aval, n’ont plus qu’une dizaine de mètres de dune les séparant de l’eau3. Mais visiblement les priorités de monsieur Bracq sont ailleurs. Des riverain.e.s décrivent des réunions publiques où « tout est déjà joué d'avance ». À tel point que certain.e.s habitant.e.s tentent des recours en justice pour obtenir plus de concertation sur ce projet, l’affaire est jugée en urgence, illes sont débouté.e.s par le tribunal administratif de Lille en novembre dernier et condamnés à verser 1500 euros à la mairie. Un autre procès portant sur la digue en elle-même, est encore en cours. En attendant, les détracteurs se font discrets.
wissant05 1

Tous les territoires n'ont pas la même valeur

Il faut dire que le maire connaît du monde, il a su se faire aider par les milieux politiques régionaux. Il « pose la première pierre » de sa nouvelle digue en compagnie de son ami, Daniel Percheron, président de la région. Mais c’est aussi parce que Wissant est au cœur de la « terre des deux caps » qu'il est d'autant plus facile d'obtenir du soutien. Pour faire oublier l'image sinistrée du Nord–Pas de Calais, le village est une « vitrine de la région » et envisagé comme un « espace touristique attractif ». Bref, pour les technocrates, la baie a toute sa place dans la marchandisation des territoires qui s’opère. Sur le site internet du conseil régional on explique en novlangue technocratique qu'il faut « territorialiser les politiques touristiques pour mettre en œuvre le projet régional », en clair le tourisme doit se répartir sur des espaces clés. D’autres endroits, tout aussi riches écologiquement, n’ont pas la même chance. Plus au sud, la baie d’Authie s’enfonce dans la mer et un peu plus chaque jour dans l’indifférence des politiques. La logique est simple : l’enjeu n’est pas écologique comme on peut parfois l’entendre mais juste économique. Pour préserver un territoire, il faut que celui-ci rapporte. Et quand il faut le protéger, jackpot pour les entreprises de BTP.
 
Jacques Té et Igor Diligence
 
1. 85% de ses côtes sont en danger contre 24% pour le reste du territoire français.
2. C'est en fait la plage qui protège le littoral et la dune est son réservoir de sable.
3. La dune perd entre un et trois mètres par mois

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...