Du béton au bétail

En Picardie aussi on s’attelle au redressement productif. Au Nord d’Abbeville, le bétonneur Ramery projette la construction de la plus grande exploitation laitière française : 1000 vaches et 750 veaux et génisses seront élevé-es hors-sol, dans un hangar. Adossé à cette super-ferme sans pâture, un méthaniseur d’une puissance de 1,5 MegaWatts produira de l’électricité à partir des déchets organiques qui ne manqueront pas d’en sortir.

 

Michel Ramery, 329ème fortune française en 2011, respecte ses engagements : "valoriser les matières premières" pour "préserver les ressources naturelles" [1]. Évidemment, il se trouve toujours des riverain-e-s un peu bégueules pour trouver quelque chose à y redire. Ainsi, l’association Novissen [2] s’inquiète des gaz qui sortiront des cheminées du méthaniseur, ou d’une épizootie qui pourrait se déclarer dans une telle concentration d’animaux et se transmettre aux riverain-e-s. Risque d’autant plus grand que les bâtiments concernés ne se trouveront qu’à 600 mètres des premières habitations. Sans parler d’une éventuelle pollution des sols et des eaux suite à l’épandage des déchets qui n’auront pas été consumés par le méthaniseur : on parle de 40 000 tonnes de digestrats (de la bouse, quoi) qui seront épandus chaque année sur environ 2500 hectares.

Élevage et animalité

Que dans la campagne picarde on s’inquiète des dégâts de l’agriculture industrielle a de quoi surprendre. Il y a déjà un moment que les monocultures de patates et de betteraves ont évincé l’image d’Epinal du cul terreux perdu avec ses trois vaches. Engrais et pesticides s’infiltrent partout pour le plus grand bonheur de celles et ceux qui consomment l’eau des nappes phréatiques [3]. Le projet de construction de cette « usine à vaches » n’a rien d’exceptionnel. À l’ouest des États-Unis, la taille moyenne des exploitations est, par exemple, de 1056 vaches. Et il y a bien longtemps que les porcs et les volailles ne voient plus la lumière du jour. Parfois en Picardie, l’élevage a été conservé dans les exploitations agricoles comme une ressource financière d’appoint. Cependant, la suppression des quotas laitiers prévue pour 2015 pousse de plus en plus d’exploitant-e-s à se séparer de leurs bêtes pour se concentrer sur la culture. Chaque année, la région perd donc des éleveurs et des éleveuses. Pour autant, la production laitière reste stable, destinée à devenir une activité spécialisée dans laquelle les bêtes ne sont perçues qu’à travers un rapport utilitaire : des machines organiques, intermédiaires entre les granulés et la viande ou le lait.

Contrairement aux rêves des zootechnicien-ne-s, produire de la viande ou du lait nécessite encore des animaux qui – ô malheur ! – mangent, attrapent des maladies, beuglent, travaillent, refusent d’obéir, meurent... L’industrialisation des productions animales a fait des bestiaux des fardeaux pénibles et encombrants. Néanmoins, même entassés dans des hangars, les animaux d’élevage ont gardé leur animalité. C’est elle qui nous renvoie l’inhumanité de ce projet d’usine à vaches. Persister à nier l’animalité des animaux domestiques en les considérant comme des automates pourrait bien, un jour ou l’autre, nous mener à des nouvelles vaches folles ou autres poulets grippés.

Camille & Louison Bobet

A lire : Jocelyne Porcher, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle, La Découverte, 2011.

Notes

[1ramery.fr/engagements

[2Acronyme pour « Nos villages se soucient de leur environnement ».

[3« Défense et illustration du cancer picard », tomjo, juillet 2012, hors-sol.herbesfolles.org

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...