Alain Dinin ou le non-débat... du fric et du communiquant à la LMCU

Alain Dinin, PDG de Nexity, premier promoteur immobilier français, est un beau spécimen dans la faune des businessmen. Aux « grands débats » de la communauté urbaine, sa « grande gueule » en a stupéfait plus d’un. Retour sur le rêve américain d’un « ch’ti devenu roi des promoteurs » [1].

Tapes dans le dos, sourires aux éclats : Alain Dinin est bien chez lui à LMCU [2]. à la tribune du premier atelier des grands débats, son intervention fut remarquée. à l’aise, il interpelle à plusieurs reprises ses amis dans le public. Puis il se rêve (à voix haute) humaniste : « le promoteur n’est pas extérieur à l’acte d’urbanisme, il fait ça pour les gens ».

Originaire de la région, il a depuis déménagé dans un hôtel particulier des beaux quartiers parisiens. Fort de ce parcours résidentiel, il assène des évidences d’une rare perspicacité : « à Marcq en Baroeul, il y a de la mixité sociale ». Moment de doute et regards inquiets, puis un rire contenu (on est dans l’antre de LMCU) traverse toute la salle. Dinin un peu gêné enchaîne, « c’est que...à Paris, on ne voit pas ça ». Aurait-il perdu la tête ? Non, juste le contact avec la réalité.

Des pavés et des briques

L’explication se trouve dans son parcours. En 68, Alain Dinin lance des pavés sur les CRS. Comme beaucoup, il est vite rentré dans le rang. Il se forme alors à l’Ecole Supérieure de Commerce (ESC) de Lille et débute auprès des meilleurs. Quand il commence sa carrière dans le groupe Georges V, Bernard Arnault lui apprend «  à ne pas avoir peur » (1). Puis Jean-Marie Messier fait de lui le numéro Un de la branche immobilier de Vivendi.

Avec d’autres petits copains du même cru [3] et l’aval de ses maîtres, Dinin reprend la branche immobilier et en fait Nexity. Grâce à « son acharnement à gagner au golf comme en négociation » (1), il fait le ménage dans l’ex-filiale de Vivendi (comprendre licenciements et restructuration) et commence à s’amuser avec son joujou : il s’achète les agences Guy Hocquet, Century 21 et s’invite à un maximum de débats publics. Certain-es diront qu’il revendique un rôle à jouer dans le débat sur le logement, d’autres, qu’il serait à la recherche de juteux marchés publics : les collectivités locales sont les premiers clients de Nexity (une dizaine de contrats entre Nexity et LMCU). L’homme, également dans le groupe Vinci, à l’ESC de Lille et membre du bureau exécutif de la Fédération nationale des promoteurs-constructeurs (FPC), collectionne les casquettes.

Aujourd’hui, le pauvre Alain Dinin est en baisse de régime : c’est la crise. Nexity engendre de grosses pertes (129 projets qui se cassent la gueule et 150 licenciements) et Dinin est « obligé » de passer sur tous les plateaux télé pour rassurer ses actionnaires. à LMCU, en tout cas, on lui fait entière confiance, à lui ce businessman de l’immobilier, et on le montre.

A.D

Notes

[1« Alain Dinin, « Le « chti » devenu roi des promoteurs », Keren Lentschner, Le Figaro, 14 octobre 2007.

[2Lille Métropole Communauté Urbaine

[3Notamment Stéphane Richard, actuel directeur de cabinet de la ministre de l’économie, Christine Lagarde

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...