Une association pour l’Habitat Ecologique Partagé

Depuis 2006, HEP rassemble une quinzaine d’adhérents et des dizaines de sympathisants autour d’une double volonté. D’une part, habiter ensemble pour créer une vie coopérative de groupe, tout en respectant l’intimité de chacun.

 

D’autre part une conception écologique inspirée de la simplicité volontaire, qu’on résumera dans un « consommer moins » (d’énergie, d’espace, de matériel, de bagnoles, de mètres carrés). Bernard nous explique que les adhérents se sont rapidement « créé un outil de collaboration, un wiki [boîte à outils coopérative sur le net], qui a plutôt bien marché. » L’asso envisage par ailleurs de créer une mixité intergénérationnelle et sociale. Les adhérents eux-mêmes recouvrent toutes les catégories d’âge. Néanmoins, des impasses apparaissent : « Tous les désirs peuvent se révéler impossibles, voire contradictoires. Certains posaient la question de l’accès à ce type de logement, qu’on n’avait pas tous accès au même mode de financement, de crédits. » C’est pour cela que les questions juridiques ont pris une place importante.

Par ailleurs, quelques membres sont intervenus lors d’opérations programmées d’amélioration de l’habitat (OPAH). Le but : sensibiliser les personnes concernées au développement durable dans l’habitat, « économies d’énergie » et « tri sélectif ». HEP reçoit une subvention pour cela, suite aux demandes répétées de l’ancienne adjointe au développement durable de Lille.

Cet exemple reflète bien l’ambivalence du mouvement d’habitat partagé. Le but initial d’une utopie concrète se confronte aux réalités du marché : un espace urbain régi soit par le privé, soit par des institutions qui ont tendance à mettre en avant le développement durable et à faire de l’habitat groupé une caution idéale pour les « écoquartiers ». Un des membres de HEP nous confiait le danger de voir exclus les habitant-es des processus de décision en prenant l’exemple de la Zone de l’Union à Roubaix. On ne va pas le contredire [1] !

Notes

[1HEP tient une permanence mensuelle tous les deuxièmes mercredis du mois à la MRES (Lille) et organise des ateliers. Sur la Zone de l’Union, voir La Brique n°19 « Tout changer pour que rien ne change », nov. 2009.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...