Richir coule les Bains-Douches

Jacques Richir est adjoint à la mairie de Lille.La ville de Lille a prévu la fermeture des derniers bains-publics municipaux vers la fin de l’année 2018. Les douches ne manquaient pas de succès, même quand elles étaient à court d'eau chaude. On voudrait faire fermer ces locaux, alors qu'ils répondent à un besoin réel : prendre des douches à bas prix (1). Non seulement il permettait aux populations les plus fragiles de se laver, d’accéder à l’hygiène, mais c’est aussi un moment agréable, l'occasion de prendre du temps pour soi, d'entretenir des liens sociaux. On va à la douche en famille, on y croise des gens qu’on connaît, on se raconte les derniers potins, etc. Un très beau film documentaire, Bains-Douches, a été tourné dans ces lieux, qui montre la vie dans ces espaces et les relations entre personnels et usager.es (2).

Pour la mairie : chacun ses pauvres !

Comme à Wazemmes en 2014, les bains-douches de Fives ferment leur porte. Ici, c'est manifestement en raison de leur trop grande proximité avec le projet de Fives Cail. Les personnes les plus fragiles feraient tâche dans le décor, d’autant plus lorsque ils débarquent de toute la métropole. Cela semble irriter les élus qui voudraient que chaque usager.e soit renvoyé.e au Centre communal d'action sociale (CCAS) de sa ville.

L’état de salubrité des locaux est le principal argument déployé pour justifier la décision. Leur réhabilitation représenterait un coût trop important pour la ville. À qui la faute ? Depuis leur construction dans les années soixante, la ville ne les a jamais entretenus. La mairie avance des solutions alternatives pour les usager.res. Par exemple avec la réhabilitation des logements des particuliers dont les douches sont inadaptées à leur condition : problème de santé, âge, etc. Fallait-il vraiment attendre que les bains-douches ferment pour que l'on s'intéresse aux conditions de logement ?

Jacques Richir est adjoint à la mairie de Lille.

Pour les sans-abris, elle voudrait que des associations du travail social, comme l’Abej (3), prennent la charge d’assurer l’hygiène de ces populations. Mais les associations croulent déjà sous de lourdes responsabilités, sans que les moyens financiers ne suivent. Une façon pour la mairie d’externaliser ses responsabilités.

Un collectif contre la fermeture des bains-douches a été créé pour dénoncer cette décision. Il est constitué de militants, de bénévoles, d’usager.es, d’habitant.es de la métropole lilloise. Une pétition en ligne a été lancée pour empêcher la fermeture des bains-douches (4).

Lien vers la pétition

Contacter le collectif : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

(1) 1 euro 30 pour les douches et 2 euros 50 pour les bains.

(2) Thomas Dumont et Alice Lemoine, Bains-Douches, Lille, 2014. Accès libre sur Vimeo.

(3) Association Baptiste pour l'Entraide et la Jeunesse

(4) Suivez les infos sur le site de l'APU-Fives.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...