Hyper-Commissariat de Lille-Sud : Unis pour Mater les Pauvres

Dessin de GaëtanL’hiver lillois n’a pas eu lieu, il fait doux. L’été, lui, sera chaud. La construction du nouvel Hôtel de Police de Lille s’achèvera en septembre, entre les tours de Lille-Sud. Nouvelle mode en France, la capitale régionale se verrait dotée, à l’instar de Lyon, d’un seul super-commandement concentré de la police. Comment cette bonne idée est-elle venue aux mains de Martine Aubry, la maire de Lille ? Ne seraient son taux d’alcoolisme et son taux de chômage, qu’a donc Lille de si particulier pour obtenir de si pharaoniques budgets ? A quelle question sociale vient-on donner cette réponse urbanistique ? Enquête sur le futur centre de l’ordre public des Flandres.

 

Dessin de Gaëtan

Édito

Vers une société policée, ou policière ?

QUE FAIT LA POLICE ? (1)

On entend la rumeur populaire, la mémoire collective et l’opinion publique ressasser cette ritournelle dès qu’il s’agit de moraliser et d’arbitrer une situation accidentelle, non-voulue. Sous-entendu : « mais faites donc quelque chose, arrêtez-moi ça ». La Police répondrait donc à l’attente d’arbitrage, soit à la régulation des situations de conflits civils. On appelle ça la « Sécurité des personnes et des biens » .Retour ligne automatique
On peut alors admettre qu’il y ait un net progrès à voir invoqué un groupe humain plutôt qu’un légendaire : « Oh mon Dieu », sous-entendu : « Sauvez-moi »... Mais ce progrès suffit-il à donner sa confiance à ce nouvel interventionnisme, depuis qu’il est devenu humain ? Comment ce groupe, la police (la polizei, la polizia…), est-il informé que ses prérogatives et les tâches qui lui incombent pour la pacification sociale sont déconnectées des missions originelles d’un « Sauveur » ? Au vu du nombre de fois et des situations où la question « Mais que fait la Police...bon dieu !? » déchire le silence ou le brouhaha du quotidien, même au loin de toute ironie, il est possible d’en douter… parfois d’en rire, aussi, heureusement. Malgré l’envie viscérale de toute-puissance de ses agents, parfois, et malgré le besoin viscéral d’appeler à l’arbitrage, divin ou social, souvent, le désordre n’a pas l’air prêt à vouloir quitter l’humanité. Alors, on peut questionner la « rumeur populaire » ou ses jumelles, opinion et mémoire : est-elle jamais capable de poser des questions judicieuses ?

« Que fait la Police ? »

Le Canard Enchaîné avait titré une jolie réponse, d’à travers les âges, en guise d’accroche publicitaire. La couverture du hors série indiquait juste sous la question : « Voir à l’Intérieur ». Et sous cette réponse, l’arrière-plan de la couv’ montrait une photo couleur floutée de deux robocops armés jusqu’au casque, menottant à terre un type dont le flou laissait néanmoins apparaître le teint, « basané ». Polysémie joliment politique, pour un Canard politique. Intérieur de ses pages, Intérieur d’un Ministère, Intérieur tout court, celui de nos vies...Retour ligne automatique
Que fait la Police ? est également le titre d’un bulletin de veille politique depuis 1994. Animé par l’Observatoire des libertés Publiques (OLP), il fait figurer comme suggestion de réponse sur sa couverture le dessin d’un gars brandissant à la criée un exemplaire du bulletin, sous les moustaches furibardes d’un policier à matraque. Sous le titre du bulletin, un « dessin dans le dessin » indique un policier frappant un type. Point de vue orienté de la presse de Gôche ou reflet statistique d’une caractéristique professionnelle ?Retour ligne automatique
Ces réponses sont sans doute aujourd’hui caduques, on est dix ans après les textes commis. Sont-elles pour autant prescriptibles ? Nous pensons que non.

La police pense, court, frappe, tue

La police attrappe les méchants. Qu’est-ce qu’un méchant ? Au coeur du siècle passé, les méchants étaient parfois les juifs et les juives, les pasteurs, les Francs Tireurs Partisans, les Forces Françaises de l’Intérieur, les homosexuels, les écrivains engagés. Bref, les femmes et les hommes qui n’allaient pas avec une société policière totale. Depuis, les choses ont changé. C’est la démocratie qui l’a emporté sur cette époque noire. La police poursuit et parfois même arrête, bien sûr, encore les « méchants » et les « méchantes ». Et grâce à cette démocratie, ces persnonnes sont enfin redevenues les seuls “voleurs, tueurs, violeurs”, des règles de notre société. Ben voyons…Retour ligne automatique
A qui peut-on faire croire une chose pareille ? Et pourquoi ?Retour ligne automatique
La police n’a pas changé, elle veille toujours à la sécurité des personnes et des biens. Mais personne n’a jamais rajouté « de toutes les personnes ». Ce doit être sans doute implicite, en jargon juridique. C’est aussi, peut-être, qu’elle demeure le bras du seul pouvoir de l’ordre sur les populations. Son bras armé, quel que soit cet ordre.

Que fait la police, quand on lui pose la question ?

Enquêter sur la police pose un problème de fond : n’est-elle pas déjà là pour cela ? Lille et la société française ont-ils changé tant, depuis ce slogan soixante-huitard « La police vous parle, tous les soirs à 20h » ? Qui peut donc interroger l’Institution, de la presse à la science, en passant par n’importe quel citoyen ? Retour ligne automatique
C’est ce que nous vous proposons de comprendre, de surprendre ou d’apprendre, au fil de cette rubrique. Qu’est ce qu’une société policière ? Est-on témoin de l’apparition de l’une d’elles ? Qu’est-ce qu’un contre-pouvoir ? Jusqu’où vous laisse-t-on approcher le pouvoir ? La démocratie a-t-elle la société qu’elle mérite ? Au vu des taux d’incarcération (cf. encadré Insee) on souhaite évidemment que non. Alors ? Eh ben au boulot !


(1) C’est une question que plusieurs personnes ont posée, par le passé...souvent trop tard.(cf. sermon ci-dessous)

Hyper-Commissariat de Lille-Sud : Unis pour Mater les Pauvres

Les Socialistes de Lille ont décidément des préoccupations « socialistes ». Le projet de raffermir la sécurité publique dans cette région ne date pas d’hier. L’idée d’un centre permettant de mieux exploiter les forces de police du Nord a maintenant dix ans. Depuis 1997, un « cruel » manque d’effectifs a motivé les pouvoirs à exiger du gouvernement de faire une question prioritaire de ce projet urbain dans le cadre du futur « Grand-Lille ». Les raisons invoquées ? Zone-carrefour migratoire aux conséquences mafieuses et terroristes, des banlieues sensibles, et de trop nombreuses manifs (sic), réquisitionneraient les trop peu nombreux agents de la Métropole, expliquait en septembre Marc Richez, syndicaliste de Synergie-Officiers1. Conséquence, Lille s’est fait taper sur les doigts pour ses faibles statistiques d’élucidations des crimes et délits : 19,2% contre 28,8% de moyenne nationale2. La métropole compte 2604 agents, ce qui donne un maillage social d’un policier pour 460 habitants, contre un pour 350 à Lyon3. Malgré ce podium, l’ex Garde des Sceaux -complice de Sarkozy- et maire de Lyon Dominique Perben a rafflé la primeur du projet à Martine Aubry.

Un spectre hante l’Europe : le spectre de l’Insécurité

Mme la maire a pourtant pu compter sur des alliés inespérés. En novembre 2004, Mme Demessine, sénatrice PC du Nord, tance le ministre UMP délégué à l’Intérieur M. Copé au nom du petit peuple de Lille, sur le retard pris par ses adversaires politiques au niveau national : « L’absence de police contribue à développer le sentiment légitime d’insécurité dans nos quartiers, alors que [ces] thèmes constituaient le credo du prédécesseur [M. Sarkozy] ». Situation qu’elle jugerait « aberrante voire grotesque, s’il ne s’agissait de la sécurité de nos concitoyens les plus vulnérables. ». Elle ajuste son tir : « les atermoiements relatifs à la construction [du commissariat] sont très mal perçus non seulement par les professionnels de police, mais aussi par les populations qui ne comprennent pas [de ne voir] toujours aucun engin de chantier. », et shoote enfin : « le choix de Lyon nous paraît injuste ». Ravi de voir un tel élan communiste lui manger le mouvement populaire dans la main, le prédécesseur intérieur lui lâche son su-sucre, moqueur : « Je suis très heureux que vous rejoigniez les préoccupations du Gouvernement en matière de sécurité ! (...) les travaux commenceront dès juin 2005 afin que le nouvel Hôtel de Police soit livré à ses utilisateurs avant la fin de l’année 2007 (...) vous avez toutes les raisons de trouver les voies de l’apaisement (...) au moins sur ce sujet, il existe quelques points d’accord entre nous ». Sans doute consciente de la qualité de son mandat politique, Mme Demessine remercie enfin M. Copé, non sans avoir précisé qu’elle se « fait aussi la porte-parole des gens qui habitent les quartiers et apprécient que l’on parle ainsi (...) en particulier les habitants de ce quartier [Lille-Sud] qui ont hâte de voir érigée cette nouvelle construction à la place d’un trou béant. »4. Nul doute que les populations en question, notamment celles voisines du petit parc aujourd’hui disparu, apprécieront.

Visite téléguidée

Deux années et 52 millions d’euros plus tard, Lille n’a plus rien à envier à Lyon, si ce n’est la vue sur les Alpes, depuis les cellules. Le chantier bat son plein. Pour montrer à la population ce qui se trame sous ces grues, une belle maquette est parue en octobre dernier. Semblable à un jouet neuf, vaisseau spatial ou maison de poupées, avec ses fenêtres et ses facettes, sa modernité saillante, le monolithe de la sécurité publique, déjà couramment appelé « super-commissariat » , remplacera le cratère dès septembre, à l’angle de la rue du Faubourg des Postes et de la rue de Marquillies, signé du cabinet parisien d’architectes Ripault & Duhart.

Les sociétés ICADE G3A et la Soreli, responsables du projet avec la Pref’ et le Secrétariat Général de l’Administration de Police (SGAP) ont mis les grands plats dans les petits. Les ouvriers de SAE (groupe Eiffage) ont disposé les 52 000 m2 d’étages sur les 17 000 m2 de friche offerts jadis 1€ à l’Etat par Mme Aubry. Disposé comment ? Trois barres parallèles ferment un étonnant bunker en U, reliées par une passerelle. Au menu policier : salle de tir, de dojo et de muscu’, vestiaires individuels, restaurant 400 couverts, parking 500 places. Le bâtiment principal comporterait le commissariat central, le poste de commandement (PC) centralisé avec liaison GPS des véhicules pin-pons, le bureau du Directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), des guichets de dépôt de plainte, et les standards d’accueil du 17. Pour chacune des trois ailes, une spécialité : 1°) pour le reste du staff DDSP, 2°) la Police de l’Air et des Frontières (PAF), 3°) les Renseignements Généraux (RG). L’emplacement des cellules et salles de garde à vue n’a pas été précisé dans l’article. Il faut dire que l’ ingénieur responsable du chantier, M. Baclet, avait prévenu : « tout a été fait pour limiter la circulation du public dans le bâtiment ». Ainsi, « ce sont les policiers qui iront vers lui et non plus l’inverse, [pour éviter aussi] aux victimes de croiser les gardés à vue. ». L’ingénieux ingénieur analyse pourtant plus loin que « tout a été pensé pour mieux accueillir les gens ». Mieux ? La hantise d’une comparaison avec la capacité d’un autre type de bâtiment « accueillant », stade chilien ou vélodrome parisien, ne semble pas lui avoir trop taraudé l’esprit. Un autre gestionnaire paraît d’ailleurs aussi serein : « Nous aurons ici près de 1 700 fonctionnaires, mais avec le système des 3x8, on n’aura jamais plus de 750 personnes en même temps ». Ces chiffres et les termes utilisés laissent quand même apparaître un doute : qu’on ait prévu pour chaque tranche horaire une moyenne d’environ 180 « publics »* de plaignants, voire de détenus provisoires, convoqués, gardés à vue, dégrisés, auditionnés, et autres alpagués. Ce calcul, peut-être qu’ Henri Aussenac, « chargé de mission auprès du Préfet délégué à la Sécurité (i.e. Alain Perret) » a pu le faire depuis longtemps. On songe à des capacités de traitement d’un temps de guerre civile... Ce-dernier rajoute d’ailleurs à l’interview du quotidien-éclair du Nord qu’ « il y a le bus et le métro à proximité »5. En cas de besoin en véhicules supllétifs ?Retour ligne automatique
« Circulez, y a rien à voir. »

Le commissariat départemental de toutes les proximités n’est pas encore finalisé quant à son organisation structurelle. Le 1er octobre, Jacques Delbart, DDSP-adjoint, a remplacé Jean-Jacques Dron, et s’est vu ainsi promu au nouveau poste de « super-commissaire central » (sans rire). S’alignant sur d’autres métropoles, jadis « d’équilibre », le projet du futur « Grand-Lille » se devait de se doter d’un « Grand-Flic ».6 Mais alors, à police centrale, pouvoirs réunis ? Bruno Renoul de Nord-Eclair informe et rassure : « regrouper les unités de police au même endroit ne veut pas dire les mélanger. ». On peut compter sur lui pour nous avertir si un jour ça change, puisque c’est conçu « pour mieux accueillir ».5 La séparation des pouvoirs résistera-t-elle longtemps, à cette proximité d’un pouvoir total ? Au lendemain d’un siècle n’ayant même pas réussi à emporter avec lui Maurice Papon, le ventre de la bête immonde est encore fécond... Avec un tel poste, la ville de Lille inventerait la métropole de déséquilibre.

Police partout, logement nulle part !

1720 personnels de police, il s’agit en effet bien d’une violente réunion. D’ailleurs, les maires des communes de la banlieue alentour voient déménager leurs effectifs « de proximité » et ne comprennent pas de n’avoir pas été consultés. Après une rencontre au sommet du « Collectif des villes sécurité urbaine » (Covisur) fin novembre à Villeneuve d’Ascq, un rendez-vous avec le préfet à la sécurité est pris pour le 8 décembre : « Les Maires ont évoqué avec le Préfet le projet de réorganisation des services de police « qui n’est qu’un projet ». Le Préfet a répondu aux interpellations de Jean-Michel Stievenard : le commissariat de Villeneuve d’Ascq gardera un commissaire à sa tête ; les effectifs de police sur la ville seront communiqués au Maire. Le Préfet a entendu la demande villeneuvoise d’une meilleure coordination, en matière de lutte contre le stationnement sauvage des gens du voyage sur la Haute Borne, des services de police et de gendarmerie »7. Les maires des 15 communes de gauche, ce jour-là, ne sont au moins pas venus pour rien.

En Ville, la concurrence policiesque se poursuit aussi. La mairie de Wazemmes voudrait par exemple virer les Ateliers populaires d’urbanisme (APU) situés au 90 rue Racine, afin de s’y installer son petit comico de police « de proximité ». L’association d’aide au logement avait repris les locaux de l’ancienne Poste du quartier. L’élue de quartier tient à équiper son quartier « de la taille d’une ville » pendant que le Super-commissariat, reconnaît l’APU, ne sera qu’à dix minutes de là...8Retour ligne automatique
Un petit flyer anonyme ironise, accroché place de la Solidarité à un feu rouge, entre expulsions de squats et contrôles de « routine » des CRS de ce quartier « sensible » : « Lille 3000 La mascarade continue ; la logique reste la même : garder le contrôle et enfermer les fous dans leurs maisons (folie). »

« L’Hôtel de police de Lille-Sud pousse comme un champignon », annonçait d’un ton jovial la « grande » presse, à l’automne5. Cet organisme mi-animal, mi-végétal ? S’il ne donne pas à Lille l’hallucination de la « pax socialista », on peut espérer qu’il ait au moins la durée de vie d’un champignon.


* : (750 ‘personnes en même temps’ x 3 tranches de 8h = 2250 visiteurs -flics et publics- / 24h ; 2250 - 1700 personnels flics au total = 550 publics seuls / 24h ; 550 : 3 tranches = 183,3333 publics seuls / tranche de 8h.Retour ligne automatique
Ce serait une moyenne, bien sûr, mais voilà des chiffres un peu ambigüs…)

Sources :Retour ligne automatique
1 : Le Figaro du 25/09/06 ; Retour ligne automatique
2 : Site UNSA-police ; 3 : Sites Voix du Nord, 2O min ; Retour ligne automatique
4 : Compte-rendu de la séance du Sénat du02/11/06 ; Retour ligne automatique
5 : Nord-Eclair du 30/10/06 ; Retour ligne automatique
6 : Voix du Nord 22-23/10/06 ; Retour ligne automatique
7 : Lettre JM. Stievenard # 175 du 08/12/06 ; Retour ligne automatique
8 : Voix du Nord du 04/11/06.

S.L


Chiffres :

11 d’établissements pénitentiaires en région contre 175 en France (2006) ; Retour ligne automatique
4596 détenu(e)s dans la région contre 55 633 en France (au 1/01/06)Retour ligne automatique
40 519 condamnations inscrites au casier judiciaire en région pour 2004 contre 33955 en 2003 ; 538000 pour la France (2004) Source : Insee


Martin Niemöller, déporté en 1941 au camp de Sachsenhausen.Retour ligne automatique
« Quand ils sont venus chercher les communistes, Je n’ai rien dit, Je n’étais pas communiste. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, Je n’ai rien dit, Je n’étais pas syndicaliste. Quand ils sont venus chercher les juifs, Je n’ai pas protesté, Je n’étais pas juif. Quand ils sont venus chercher les catholiques, Je n’ai pas protesté, Je n’étais pas catholique. Puis ils sont venus me chercher Et il ne restait personne pour protester. »

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...