Quand Toyota inspire le Furet du Nord

À l’image d’un Darcos qui promet 500 euros à tout prof effectuant trois heures sup’ hebdomadaires, mais en plus crevard, la nouvelle direction du Furet teste ses techniques de management salarial. Le nom de code de cette arme fatale : la BIF, comprenez la « bonne idée furet ». L’agent du capital : Jean-Marc Lecerf.

 

Septembre 2008, l’opération est lancée auprès des 330 salarié.es. Son origine ? La mise en place d’un « groupe de projet sur la gestion des Bonnes idées au Furet du Nord [1]. Le but ? Trouver LA bonne idée qui « améliorerait la rentabilité et l’organisation » du magasin. Dans son édito, Jean-Marc Lecerf, DRH et ancien chef de rayon à Auchan, annonce la récompense trébuchante : de 200 à 500 euros pour les trois gagnant.es « qui monteront sur le podium ».
Parce qu’il faut départager les participant.es, le sifflet sera tenu par un Comité d’Évaluation qui jugera sur des critères objectifs : « gain net, satisfaction des clients, fiabilité des processus, respect de l’environnement, risques d’accident, simplicité et rapidité de mise en oeuvre ». Plus loin, la plume du DRH devient carrément lyrique pour en appeler au «  partage,[au] professionalisme, [au] respect et [à] la passion ».
La méthode n’est certes pas nouvelle (Toyota et Taiichi Ohno furent les pionniers de ce type d’opération), mais bien organisée : pour communiquer, chaque salarié.e reçoit un dépliant dans lequel le « parcours d’une bonne idée furet » est détaillé. Très vite, il est signifié qu’une idée enregistrée appartient au magasin. Bien sûr, sans perdre le but ultime de la BIF : «  augmenter [le] chiffre d’affaire, [la] marge commerciale et réduire [les] frais. »
Les perdant.es recevront une lettre du Comité d’Évaluation quand les gagnant.es pourront exposer leur projet. Tiens, en parlant de com’, on oublierait presque de vous dire que ces idées doivent être « facilitateurs de travail » et ne « jamais [être] des revendications ni des tribunes [...] ! » On n’y aurait pas pensé...
Au Furet, face à la crise, on a la solution : travailler plus pour que dalle ! Alors allons-y de notre petite proposition : les salarié.es ne devraient-ils pas organiser leur propre licenciement pour améliorer la rentabilité du hard discount multimédia du Nord ?


C.G

Notes

[1 »Le Fureteur, septembre 2008. Magazine interne des salarié.es. en mai 2008

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...