Casseurs de tous les pays, unissez-vous !

« Vous avez cassé, monsieur, vous avez cassé.

– Moi je suis fier, monsieur, d’avoir redonné de la dignité, d’avoir permis à des ouvriers de relever la tête ! » (Mots Croisés, FR. 2, 07/09/09)

Echanges vifs à la télé. Xavier Mathieu, délégué CGT de Continental Clairoix [1], face à Frédéric Lefebvre, le chevelu de l’UMP [2]. Le premier dénonce l’impunité des patrons qui jettent des milliers de personnes dans la misère, quand lui-même se prend cinq mois de prison avec sursis pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne. Le second insiste : « Vous trouvez que c’est relever la tête de casser ? » Des cassages de têtes se perdent…

«  Casser » le débat n’est pas un souci pour Lefebvre, porte-parole aguerri de l’Internationale Des Riches (IDR). Les ouvriers ont cassé, et c’est tout ce qu’il a à dire. Casser, c’est très mal. D’ailleurs ça lui paraît tellement évident qu’il ne daigne même pas le préciser. Non, il dit juste : «  Vous avez cassé. » Vous avez perdu. Point barre.

Image : Banksy

A l’origine, cet article partait d’un ouvrage écrit par deux historiens lillois, intitulé « Les casseurs de l’été 1566 ». Un été chaud pendant lequel, en Flandre, des foules de protestant-es, des « iconoclastes », ont saccagé les églises, « brisé » les images, statues et reliques catholiques. Mais ce n’était pas qu’une histoire de religion : le contexte politique, économique et social était explosif… [3]Retour ligne automatique
Bien sûr, Frédéric Lefebvre n’est pas le pape. Ni Xavier Mathieu un iconoclaste calviniste.

Mais imaginons ce qui peut se cacher derrière le laconique « Vous avez cassé » : « Vous avez cassé, c’est normal que vous soyez lourdement condamné, car c’est très mal de casser. » Oui, peut-être, mais encore ? « Les patrons, eux, ils ne vont pas chez vous pour casser vos meubles. Vous, vous cassez.  » La messe est dite.

Rappelons que les « Conti » de Clairoix étaient en lutte depuis le 11 mars quand ils ont pénétré le 21 avril dans la sous-préfecture de Compiègne. Que la suppression de leurs 1200 emplois intervenait alors même qu’ils avaient accepté de revenir à la semaine de quarante heures pour les maintenir. Que Sarkozy leur avait promis de sauver leur usine. Etc. Même s’il a pu choquer quelques téléspectateurs de « Plus belle la vie », le sac de la sous-préfecture s’inscrivait dans cette logique, dans un cheminement. Dans un contexte explosif, un « été 1566 ».

Les iconoclastes protestants ont été réprimés sévèrement : à Lille, ce fut la grande époque des bûchers sur la Grand’Place…
Et pour les casseurs de « Conti », comment ça se termine ? Mois de taule avec sursis, et 63 000 euros à raquer pour les dommages… Les patrons, eux, délocalisent, et annoncent une progression de leurs bénéfices pour le second trimestre 2009… Allons dire ça au chevelu.
Que répondra-t-il au « bon » peuple ? « Oui… mais vous avez cassé. » Eh bien continuons, camarades !

Notes

[1Celui qui nous a brillamment précédés en traitant Bernard Thibault de « racaille ».

[2Celui qui aimerait faire travailler les gens en arrêt maladie.

[3S. Deloyon, A. Lottin, Les casseurs de l’été 1566, l’iconoclasme dans le Nord de la France, Paris, Hachette, 1981. Médiathèque Jean Lévy.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...