« Gouvernance »

Pur produit de la novlangue globalitaire, le terme de gouvernance a été promu au rang de concept par les intellectuels de… gouvernement, national mais aussi local ou « global ». Il a pourtant déjà fait l’objet de maints examens critiques de la part de gens dont la capacité réflexive n’a pas encore été anesthésiée par le conformisme généralisé propre à notre époque.

 

Tous ont relevé qu’il avait été introduit par les think tanks - autre anglicisme à succès - d’inspiration néo-libérale. Et qu’il ne s’agissait pas à proprement parler d’un néologisme comme il en existe beaucoup dans le jargon pseudo-scientifique ou philosophique qui sert à « penser les mutations du monde contemporain » en tenant pour négligeable le fait qu’il soit capitaliste, mais de la reprise d’un mot ancien à qui l’on a affecté une nouvelle signification, conformément à l’une des règles linguistiques mises en lumière par G. Orwell dans 1984.

Gouvernement vs gouvernance ?

D’abord proche de « gouvernement » au Moyen Âge, il a pu aussi désigner la « manière de se conduire », comme cela est signalé dans les anciens glossaires de la langue française. Au XVIIe et au XVIIIe siècles, où l’on parlait politique sans avoir encore à modeler son langage sur celui des économistes et des technocrates, la « gouvernance » se rapportait aux moyens d’équilibrer le pouvoir royal et le pouvoir parlementaire. Or, depuis quelques années, chacun sait que les notions de « gouvernement » et de « gouvernance » tendent à s’opposer : le terme gouvernement est réservé au pouvoir hiérarchique classique, à l’autorité de l’État et aux conceptions centralistes, alors que la « gouvernance », à la consonance — et la connotation qui va avec — à la fois légère, élégante et, disons-le, féminine, suggère une nouvelle modalité, horizontale, donc moins bureaucratique et plus démocratique, de gestion des affaires du monde, du pays ou de la Cité.

« Dictature » des « zinzins »

La corporate governance renvoie en fait à un tournant décisif dans la gestion de l’entreprise, marqué à la fois par le statut privilégié des actionnaires et par l’évolution du « management » interne. En effet, avec notamment l’apparition des fameux « zinzins » ( « investisseurs institutionnels » : fonds de placement collectifs, fonds de pension, assurances…), les entreprises se sont trouvées engagées sur un nouveau terrain. Lorsque les actionnaires d’un groupe se comptent par centaines de milliers et que l’actionnariat devient un moyen de payer des retraites ou, de plus en plus des soins médicaux et des médicaments, un nouveau mode de gestion tend à s’imposer : les porteurs de titre tendant à exiger sécurité et rentabilité.

Autrement dit, la corporate governance, bien loin de renvoyer à une extension de la démocratie, ne désigne rien d’autre que la prise de pouvoir du capitalisme financier sur le capitalisme industriel, caractérisé au premier chef par le fait que le personnel n’est considéré que comme un facteur de coût parmi d’autres, à réduire, bien entendu. Un pouvoir sinon total du moins impérieux que les analystes mentionnés n’hésitent pas à qualifier de « dictature des actionnaires ».

En langage clair, l’essor de la « gouvernance » tient simplement au fait que les affaires du monde, y compris locales, sont devenues totalement tributaires du monde des affaires. Les autres « partenaires » étant appelés tout au plus à jouer les fondés de pouvoir, dans le cas des politiciens, ou les faire-valoir - terme à prendre dans ses deux acceptions, pour ce qui est des experts. Ou enfin les figurants, en ce qui concerne les « citoyens », sommés par les uns et les autres de « participer » pour injecter une dose de démocratie dans un système fondamentalement oligarchique.

Jean-Pierre Garnier, sociologue urbain.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...