La main droite du diable

herman indicOn aurait pu croire le fascisme durablement dissous dans la démocratie. Hélas, le « procès Hermant » nous ramène à la réalité : c'est le contraire, ils sont bien là, nos fachos, salle A, Tribunal de Lille. Insolubles.
À La Brique, on serait presque étonné du parcours de Claude Hermant. Depuis notre article précédent1, le voici condamné en première instance à sept ans de réclusion, comme dindon d'une farce qui ne le fait pas rire. Et nous non plus. On est allé regarder, comment on arrête une équipe qui gagne. Qui gagne surtout à être connue pour ce qu'elle est : un fascisme fashion, fin de soldes, rattrapé par un vrai massacre.
Nous présentons ici, à la suite de nos camarades de la presse2, certains enjeux et contextes de ce procès aux dix prévenus, pour ce commerce d'armes unique en son genre, en débandade, inorganisé, mais fatalement opérationnel. Compte-rendu d'audience, pour cette Juridiction Inter-Régionale Spéciale (« JIRS CC 15/3 »), qui du 11 au 16 septembre derniers, nous a conté l'histoire.

Lire la suite : La main droite du diable

La mare aux crevard.es épisode 2

Soutien à Darmanin, envers et entre couilles

darmanin mareGérald Darmanin, ministre du budget, vice-président à la Région, à la MEL et ancien maire de Tourcoing, est sous le coup de deux enquêtes. La première, pour suspicion de viol, a été récemment classée sans suite. Le parquet indique ainsi que « Les actes d'enquête réalisés n'ont pas permis d'établir l'absence de consentement de la plaignante et n'ont pas caractérisé davantage l'existence d'une contrainte, d'une menace, d'une surprise ou d'une quelconque violence à son endroit ». La seconde est en cours, en matière d'abus de faiblesse. Mediapart révèle ainsi qu'une femme aurait « fait l'objet de demandes à caractère sexuel en échange d'un nouveau logement » à Tourcoing.

Alors que Mediapart met le focus sur la victime, une série d'élu.es de tous bords (principalement des hommes) en profite pour apporter leur soutien au suspect Darmanin, faisant fi de la parole des femmes. À la manœuvre, Jean-René Lecerf, mais aussi Xavier Bertrand (président de Région), Guillaume Delbar (maire de Roubaix) ainsi que Frédéric Marchand et Gilles Pargneaux (ex-PS, aujourd'hui affiliés à La République en marche). Dans ce texte, ces derniers déclarent : « Nous, les élus du Nord, au-delà de nos différences partisanes, nous souhaitons apporter notre soutien à Gérald Darmanin pendant cette épreuve personnelle que nous devinons très pénible ». Et pour la victime présumée ?

S'agissant de la première plaignante, Lecerf va plus loin, dans sa réponse à Mediapart, il met en cause l'honneur de la plaignante, critiquant un article du Monde qui « Vous faisait traduire qu’on avait un homme de pouvoir qui utilisait tout le pouvoir qu’il avait pour faire souffrir une pauvre innocente dont la profession était quand même call-girl, et qui l’avait quand même suivi volontairement ». Il va plus loin : « Vous accompagneriez un homme dans un hôtel, vous êtes dans le même lit et vous l’accusez de viol ? »

Pour la deuxième plaignante, Lecerf n'en démord pas, il est suspicieux : « C'est extrêmement curieux, j’aimerais bien savoir qui l’a faite [la plainte] ! Elle habite où ? Elle l’a vu quel jour, à quelle heure ? » Tu veux aussi son numéro de portable et un historique de la vie de la dame JR ? Il va même jusqu'à parler de "complot" contre Darmanin. En tout, les élu.es sont une bonne centaine à signer cette pétition. En espérant que la justice prenne le parti pris inverse.

Lire la suite : La mare aux crevard.es épisode 2

J'expulse, j'ventile, j'me disperse

aubrysLe 6 février dernier, la justice condamne la Ville de Lille et la préfecture pour « voie de fait » quant à l'expulsion illégale d'un camp de Roms. Une trop rare occasion où ceux qui s'offrent quelques libertés avec l'État de droit se font tirer les oreilles par le tribunal. Retour sur un cafouillage où la pref' et la Mairie se refilent la patate chaude et où s'effondrent les petits arrangements.

Lire la suite : J'expulse, j'ventile, j'me disperse

we don't need no sélection !

fusion 1À écouter les représentant.es de l’Université, les réformes en cours répondraient aux attentes des étudiant.es. Pour ce faire, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, propose ainsi, pour la rentrée 2018, de mettre fin au tirage au sort, pour le remplacer par un système de sélection censé être plus pertinent. Comprendre : une sélection des étudiant.es sur des critères plus que subjectifs.

Lire la suite : we don't need no sélection !

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...