Débaptisation Mode d’emploi

Définitions

 Baptême : n.m. (du gr. baptizein, immerger)

1.Christ. Sacrement qui, en effaçant le péché originel, marque l’entrée dans l’église ; cette cérémonie. ¤ nom de baptême : prénom qu’on reçoit le jour du baptême.

2.Baptême civil : cérémonie laïque célébrée en mairie et ayant pour un enfant la valeur d’un rite de passage.

Petit Larousse 2007

Baptême : n.m.

Dans la religion chrétienne, sacrement destiné à laver du péché originel la personne qui le reçoit. Cérémonie qui accompagne le baptême.

Petit Robert 2007

Débaptiser : v.tr.

Changer le nom de quelquechose. débaptiser une rue

Petit Larousse 2007

Débaptiser : v.tr ;

Priver (quelqu’un) de son nom pour lui en donner un autre.

Petit Robert 2007.

 

Enjeux

 

Se faire débaptiser, à quoi ça peut servir ???

à faire le malin à tableRetour ligne manuel
à faire chier vos parentsRetour ligne manuel
à vous foutre votre paroisse à dos, voire même votre évêchéRetour ligne manuel
à ne pas laisser l’Eglise vous compter parmi les siens, surtout si ce n’est plus le casRetour ligne manuel
à ne pas laisser l’Eglise parler en votre nomRetour ligne manuel
à ne pas laisser l’Eglise dicter des comportementsRetour ligne manuel
à ne pas vous marier à l’EgliseRetour ligne manuel
à vous ré-approprier votre vie, voire vos funéraillesRetour ligne manuel
à jouir de votre chère libertéRetour ligne manuel
...

Quelle importance ?

pour vous : vous réapproprier votre existence sur des bases que vous aurez choisies.Retour ligne manuel
pour eux : perdre un de leurs moutons dociles, ainsi qu’un sbire, à cause d’une loi non-divine.

Quel coût ?

aucun. La débaptisation est gratuite. Il est toutefois conseillé d’adresser une enveloppe timbrée pour la réponse de l’Eglise, ne serait-ce que pour lui éviter de se cacher derrière ce prétexte pour refuser ou ralentir votre demande.

Quels risques ?

Aucun. La débaptisation est même légale. (Loi du 06 janvier 1978 relative à l’informatique et aux libertés*). Même en cas de mariage avec un ou une joli(e) ou moche catholique -tout au choix- ou en cas d’obsèques, ou toute fête importante impliquant l’Eglise, le risque de se voir exclu pour votre choix hérétique reste probablement nul : on peut en effet faire confiance au prosélytisme des concernés pour vous ré-intégrer dare-dare le moment venu. Vous en serez alors quitte pour jouer la Brebis Egarée revenue dans le Saint Giron de l’église après un gros Mea culpa. Si vous y tenez vraiment, ils vous ‘pardonneront’, c’est leur boulot. Ceci dit, pour tout autre cas, le risque de brûler en enfer demeure…

Quelle jubilation !

Tu m’étonnes. Si résister vous fait jouir, vous devriez obtenir quelques satisfactions bien vite. Si c’est en famille que cet heureux événement s’était décidé, alors parlez-en en famille, déjà,... on en reparlera.

 

Procédure

 

Elements à reunir / Pre-requis

- Date de baptême : Vous avez été baptisé un jour dont personne, contrairement à votre anniversaire, ne se souvient. Cependant, la date se trouve inscrite dans des registres, consultables. Elle va rarement au-delà d’un an après votre naissance. Si vous n’avez aucun papier de l’époque en votre possession (acte de baptême,...) ou que vos proches ne vous aident pas à retrouver ce jour béni parce que leur mémoire est soudain floue, vous pouvez faire confiance à l’administration cathocrate pour vous aider, ils semblent adorer qu’on s’intéresse à eux. Il sera alors prudent, voire conseillé, de ne pas les braquer d’entrée en annonçant que vous voulez ensuite les quitter... Si vous y tenez, vous pouvez aussi tout naturellement foncer dans le tas et ne rien cacher de votre démarche. Vous êtes entièrement dans votre droit et ils ne peuvent pas s’opposer à votre démarche, vos raisons et opinions vous appartiennent. Ils peuvent néanmoins mettre du temps à ’rechercher’ cette date pour votre service. Simple question, de choix stratégique : se lâcher, ou se masquer ? Libre à chacun-e.

- Lieu de baptême : chaque église ou cathédrale possède une adresse postale. Comme pour la date, rien ne vous empêche de vous tourner vers les principaux intéressés pour la trouver, surtout si vous manquez de témoins ou d’enthousiasme autour de vous pour accélérer votre recherche. L’Eglise sera sûrement ravie de vous aider dans la recherche de votre chrétienté. Ceci dit, c’est souvent une église proche du lieu de votre prime enfance.

Adresses des administrations (facultatif, mais toujours bon à garder sous le coude...) :

  1. CNIL [*]de la région ou du département concernés,
  2. administrations de tutelle du lieu de naissance (diocèse, évêché, vatican...). Retour ligne manuel
    Toutes ces adresses sont en sources ouvertes, dispo sur la toile ou dans le bottin.

Premiers contacts

Si vous avez tous les renseignements pré-requis décrits ci-dessus, vous pouvez passer au point suivant. Sauf si vous aimez savoir...Retour ligne manuel
Comme on vient de le voir précédemment, l’approche est à choisir selon vos critères, d’urgence, de tolérance, etc. Nous n’avons pas de préférence pour telle ou telle, approche ’directe’, ou approche ’masquée’. S’il est bon de rester prudent, la radicalité est parfois efficace aussi dans cette forme de diplomatie. Mais les raisons de demander puis d’obtenir simplement les infos, requises pour la demande de débaptisation sont a priori anodines, et ne devraient pas susciter d’hostilité. Même pour des paranos, il serait quand même bizarre de retenir ces infos légales et dont la mise au secret n’a pas d’intérêt direct. Par contre, pour ralentir votre procédure, ça aura bien sûr de l’intérêt. Et comme pour 2 parties opposées en droit, il semble que contrairement à l’esprit des lois, tous les coups soient ici aussi permis. Mettez-vous à leur place, aussi... Même pour des non-intégristes, ils ne vont pas non plus vous aider de gaieté de cœur à leur shooter leurs délires.

Demande proprement dite

Dans un pur souci d’efficacité, éviter les insultes et les menaces, c’est non seulement dangereux niveau légal, mais totalement impertinent. Il faut choisir si se faire plaisir est prioritaire à se faire débaptiser. D’ailleurs rien ne vous empêche de le faire en temps normal, ni après.

  • Indiquer dans la lettre :
    • l’objet de la demande ;
    • la formule-type ou toute autre prose ;
    • les données exactes de date et lieu de l’office de baptême, de la cérémonie ;
  • Rappeler éventuellement :
    • votre adresse sans erreur ;
    • la présence des lois en vigueur ;
    • l’adresse de la CNIL [*],
    • l’adresse de l’évêché (sous l’autorité desquels est placée l’église en question)
  • Dater, signer, (plus prudent :) photocopier

Reponse de l’Eglise

si elle est négative :Retour ligne manuel
- Ecrire à l’évêché correspondantRetour ligne manuel
- Ecrire à la CNIL de votre région ou de celle du lieu de Baptême. Ils vous diront laquelle est compétente.Retour ligne manuel
- Attendre la réponse, puis réécrire avec un ton moins avenant (« …impératif !… ») et rappeler la loi républicaine.Retour ligne manuel
mais si elle est positive ;Retour ligne manuel
- Les remercier en faisant par exemple une dernière lettre...Retour ligne manuel
Si les refus persistent :Retour ligne manuel
- Les refus persistants n’existent pas.

Notes

[*Commission Nationale Informatique et Libertés. Instance de régulation dans le traitement des données personnelles des citoyens, née en 1978 sous forme de Loi puis de décret (Loi du 6 janvier 1978) Avec le développement de l’informatique, on est arrivé alors à des possibilités de fichage sans précédent pour les administrations de l’Etat. Or, une des prérogatives de la démocratie, donc de l’Etat, est la séparation des pouvoirs. Son administration se doit donc de cloisonner ces infos, garantie d’une vie privée. En principe, ce cloisonnement est régulé par la CNIL, organe de rétro-contrôle des citoyens sur les données les concernant (Armées, Polices, Eglises, pub ciblée, ASSEDIC, VPC, etc.). Chaque personne a un droit de regard et de correction sur ces données, même pour les fichiers manuscrits.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...