La SNCF prend un militant en otage

I Rue Faidherbe, lors de la manifestation de soutien à Julienl y a un an, lors du mouvement contre la réforme des retraites, Julien participe au blocage des voies à la gare Lille-Flandres avec soixante-dix autres personnes. Le trafic est interrompu pendant une trentaine de minutes. Reconnu sur des photos, Julien est arrêté par la BAC le lendemain. 44 heures de garde à vue plus tard, la SNCF porte plainte.


Elle était bien cette rentrée 2010. Des milliers de gens dans les rues, des manifs sauvages, des blocages, des assemblées générales... Un vent d’agitation soufflait dans nos villes. C’est dans ce contexte de lutte sociale que la gare Lille-Flandres est bloquée le 18 octobre. Syndicalistes et autres contestataires s’installent paciiquement sur les rails. Parce qu’il était là, Julien pourrait en payer le prix. La SNCF lui réclame 45 000 euros pour « préjudice commercial ».

Acharnement

Deux autres participants ont été arrêtés le jour-même. Ils ont été condamnés à quelques heures de travaux d’intérêt général pour « entrave à la circulation des trains ». Alors pourquoi cet acharnement particulier ? « Poursuivre en justice un syndiqué, voire un syndicat, aurait certainement eu des conséquences en terme de grève des cheminots, d’autant plus que SUD Rail avait appelé à ce blocage après que la décision en ait été prise en assemblée générale de lutte ; Julien par contre, pouvait sembler être la cible idéale : il n’est ni syndiqué ni encarté et n’est pas cheminot. La SNCF et les autorités ont donc sans doute estimé qu’il ne serait guère défendu », explique le CRRIMMS [1] qui soutient Julien. Pourquoi cette disproportion ? « Les actions de blocage de zones industrielles, de carrefours, de raffineries, de trains, ont montré que, si elles se multipliaient et si elles duraient, elles peuvent peser fortement sur l’issue d’un mouvement social. Alors en punir lourdement quelques-uns, bien choisis, ça a valeur d’exemple. Il s’agit d’intimider tous les acteurs du mouvement social. »

Alors l’État...? « Tolérant ? »

Le procès de Julien se déroulait le 6 septembre. Rendez-vous était donné pour une manifestation de soutien et un repas devant le tribunal avant le procès. Des non syndiqué-es se mêlent aux syndicalistes de SUD, la CGT et la CNT. À la barre, Julien met en avant sa solidarité avec des cheminot-es en lutte, son envie de lutter contre une réforme antisociale. Le procureur requiert 1000 euros d’amende. L’avocat de Julien, fonde sa plaidoirie sur la liberté de manifester ses opinions « protégée par la Constitution » française et la convention européenne des droits de l’homme. Il souligne : « On veut tuer la possibilité des gens de se révolter, de débattre. » Et de mettre en avant la nécessité pour la justice de « défendre les libertés individuelles », celle de l’État d’être « tolérant » sous peine de vider la liberté d’expression de son contenu... Le verdict, sous surveillance policière, conclut à la nullité de toute la procédure. Le parquet et la SNCF sont débouté-es. Les membres du CRRIMMS [2] l’annoncent d’ores et déjà : « Nous saurons remettre en place des blocages, nous travaillerons à les généraliser et à les faire durer. »

Wendy Renarde

Notes

[1Collectif de Résistance à la Répression et à l’Intimidation des Militants et des Mouvements Sociaux, crée autour du procès de Julien. En ligne :
crrimms.wordpress.com.

[2SUD Éducation, SUD Collectivités Territoriales, SUD Rail, la Mutuelle des Fraudeurs, L’Assemblée Générale de Lutte, la CNT, No Border, la Ligue des Droits de l’Homme, Alternative Libertaire.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...