Un parfum de 1984

Cet été, l’Angleterre a connu une flambée de violence inédite depuis les années 1980. À l’origine de ces émeutes, l’assassinat d’un homme par la police de Tottenham. Ces événements, encore une fois déclenchés par des violences policières, rappellent novembre 2005 en France, ou décembre 2008 en Grèce. L’Angleterre est devenue, le temps de plusieurs semaines, le terrain de la mise en œuvre d’une répression orwellienne.

 

Retour ligne automatique
Londres, Birmingham, Liverpool, Bristol, Manchester, Nottingham : dans de nombreuses villes des gens incendient, cassent, pillent des magasins, attaquent la police. Ils ont volé, saccagé, brisé des vitrines, profité du chaos quand ils ne le créaient pas. Ce qui a commencé comme des émeutes en réaction à la mort d’un jeune noir tué par la police, est devenu l’opportunité du moment pour piller, casser, incendier [1]. Dans la rue, des déshérités du capitalisme : avec des motivations parfois très différentes, certain-es s’attaquant sciemment à des symboles de leur oppression, d’autres prenant gratuitement ce qu’ils ne peuvent pas ou plus se payer : des fringues, de la nourriture, ou aussi des écrans plats, pour ne pas rater la prochaine révolution assis-es dans leur canapé. Pour tout ça, pas le temps de s’indigner... Les britanniques, comme bien d’autres, subissent les conséquences d’une énième « crise économique » : pas de boulot, pas d’argent. « No Future ». Et la rigueur des politiques qui leur sont annoncées ne laisse entrevoir aucune perspective de changement. [2]

La machine infernale

Dénonciations anonymes, surveillance des réseaux sociaux, espionnage et piratage des téléphones portables, caméras de vidéo-surveillance, portraits-robots publiés sur internet ou dans des journaux, projetés sur écrans géants dans les villes, passés en boucle à la télé ; plateformes de délations sur le web, milices citoyennes infiltrées par l’extrême droite, blindés déployés pour sécuriser des quartiers... Le tout encadré par seize mille policiers et militaires, à grand renfort de journalistes aux ordres. Non, vous n’êtes pas en Syrie mais au cœur de l’Europe « démocratique ». Mi-août, une étude d’opinion soutenait même qu’un tiers des britanniques se déclarait favorable à ce que la police tire à balles réelles sur les émeutiers. Grâce au zèle des citoyen-es anglais, l’arsenal répressif mis en place par le gouvernement pour faire face à ces révoltes a été des plus inquiétants : « Après avoir reconnu sa fille de dix-huit ans, C., dans des vidéos transmises à la télévision, l’héroïque Madame A.I. n’a eu aucune hésitation à appeler la police locale. Les journaux n’ont pas pu s’empêcher de chanter les louanges de cette extraordinaire mère-courage. »

La vengeance

Ces jours d’émeutes sont l’occasion d’un retour en force des valeurs conservatrices au pouvoir. Dans son discours du 11 août face au Parlement, David Cameron annonce la couleur : « ce n’est pas un problème de pauvreté, mais de culture. Une culture de violence, de manque de respect à l’égard de l’autorité […] Une culture qui parle tout le temps de droits et jamais de devoirs ». En indiquant vouloir mettre fin à une « mentalité d’assistés », il amorce une contre-offensive réactionnaire. 2800 personnes ont été arrêtées. « 30 000 » seraient encore menacées à plus ou moins long terme. Les condamnations, autour d’un millier, sont volontairement « exemplaires » [3]. Des observateurs écrivent : « Deux jeunes ont écopé de quatre ans de prison pour un appel aux troubles lancé sur les réseaux sociaux. » ; « Pour le vol de deux bouteilles d’eau, d’une valeur de trois livres, N.R, 23 ans, a été condamné à six mois de prison [...] Pour le vol de deux vestes, E.F, 18 ans de Manchester, a été condamné à huit mois d’enfermement [...] ou encore, cette mère de deux enfants à Manchester qui écope de cinq mois pour avoir accepté un short provenant d’un pillage ». Pour enfoncer le clou, les familles des personnes interpellées se voient privées de leurs allocations et expulsées de leur logement social.

Wendy Renarde

Notes

[1Article 11, « Nous voulons qu’ils subissent ce qu’il nous ont fait subir »

[2Hausse des frais universitaires, 500 000 emplois publics supprimés d’ici 2015, salaires des fonctionnaires gelés, augmentation de l’âge de la retraite, hausses d’impôts – dont la TVA, réduction des budgets de la justice (30%), de l’environnement (40%), de la santé et de l’aide internationale (25%).

[3Le Figaro, 17/08/11

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...