Trois déboulonneurs lillois en garde à vue

Communiqué reçu le 25 mars 2016
 
Ce jeudi 24 mars a eu lieu la 85e action du collectif antipub des déboulonneurs de Lille.
Dans une action de désobéissance civile assumée, à visage découvert, les déboulonneurs ont dégradé plusieurs panneaux à proximité de la rue Solférino, barbouillant « Panneau illégal », « Lille, ville sans pub », « Pub = violence » sur trois panneaux scellés au sol ou au mur, ainsi que « Libérons la planète de la pub » sur un grand panneau 4mx3m.
 
Vers 20h15, Marion, Alessandro et Maxime, trois des déboulonneurs participant à cette action, ont été interpellés.
Amenés au poste, ils ont été placés en garde à vue. Depuis cette interpellation, de nombreux citoyens et militants leur ont envoyé des messages de soutiens.
 
Cette garde à vue intervient quelques heures avant le début de la deuxième édition de la Journée mondiale contre la publicité, le vendredi 25 mars.
Dans plus d'une dizaine de villes en France et dans le monde, des actions vont dénoncer l'omniprésence de la publicité : http://journee.contrelapub.org/
Le 25 mars est aussi la date anniversaire de la relaxe obtenue par les déboulonneurs parisiens le 25 mars 2013 pour « état de nécessité ».
Des déboulonneurs lillois ont aussi été relaxés le 7 juillet 2015 pour « absence de dégradation ».
À Lille et partout en France, les déboulonneurs continueront par leurs actions à dénoncer l'affichage publicitaire imposé aux citoyens.

Contre la guerre et l’état d’urgence

rencontre urgenceSolidarité et urgence sociale

Suite aux massacres du 13 novembre, le gouvernement socialiste a voté un arsenal répressif d’une ampleur épouvantable.

Que l’état d’urgence soit exceptionnel ou permanent, les conséquences directes de cette décision : multiplier les perquisitions arbitraires dans les quartiers, développer les mesures xénophobes telles que la déchéance de nationalité, et rendre criminelles les mobilisations sociales et collectives (comme par exemple celles d’Air France, autour de la COP21…).

Lire la suite : Contre la guerre et l’état d’urgence

Réunion collective contre l'état d'urgence et la guerre

Suite, entre autres, à un appel du syndicat Sud et à celui de La Brique, un collectif autogéré et ouvert à toutes les personnes de bonne volonté est train de se créer à Lille.
Le but est de s'organiser face à l'état d'urgence, et plus généralement face aux politiques intérieures comme extérieures que mène l'État français.
Une réunion aura lieu le jeudi 17 décembre, à partir de 18h30 à l'étage du restaurant l'Aspendos, 10 rue des Sarrazins à Lille.
Venez en masse !
 
NB :
Les réunions ont lieu tous les jeudis, 18h30, à la Bourse du travail à Fives.

Page 7 sur 30

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...