Communiqué du collectif des Olieux n ° 7

Communiqué du collectif des Olieux n ° 7

Du mardi 3 au jeudi 5 novembre.

Les rendez vous à la paf nous sont malheureusement devenu une routine. Pourtant on se rend bien compte que moins on les voit mieux on se porte. Ce mardi l’absurdité tenait à l’absence des experts de l’authentification de papiers alors qu’ils avaient eux mêmes fixé le rendez vous. Vous savez, ceux qui mesurent les taches d’encre des stylos des administrations du monde entier. Bref, un déplacement dans ces bureaux pour encore moins que rien.

Dans la nuit du mercredi au jeudi vers minuit la police nationale débarque pour des identifications. Ils manquent de réveiller les personnes qui dorment, à coup de lampes torches dans les yeux. Une membre du collectif les détend un peu. Ils partent après avoir fait leur contrôle. La préfecture semble lâcher la bride à la bleusaille, se considère t’elle à nouveau légitime à harceler des ados ?

Une dizaine de personnes sont convoquées devant le juge la semaine prochaine pour la reconnaissance de leur minorité. Certains attendent depuis 5 mois ce rendez vous qui signifie aussi un placement en foyer ou en auberge, enfin un toit. On espère que la machine administrative ne va pas encore plus faire trainer les choses.

Jeudi il fait froid, Il pleut. On espère que la bleusaille ne va pas revenir en rajouter à la galère.

Pour rappel samedi le collectif des Olieux sera à la manif, rencard à partir de midi au parc ou 15 h à république.

On a toujours besoin de gants, de collant, de kway, de bouteille de camping gaz, de présence sur le parc.

Grand angle sur la vidéosurveillance

Le site ami Lillesousurveillance publie ces derniers jours deux papiers taillés en épieu dans l’œil technologique du cyclope sécuritaire. Le premier expose les logiques de diffusion de ce nouveau gadget des entrepreneurs de contrôle. Le second revient sur le détail de l'éclosion silencieuse des caméras dans les rues de la métropole. À lire et à faire circuler, sous le manteau ou à découvert !
 

La MEL fait rayonner le sexisme à Lille

Lors du dernier conseil de la MEL (ex LMCU), Martine Aubry a fait voter une subvention de 365.000€ au concours de Miss France, sous les gloussements de complaisance des élus. En pleine période de coupe budgétaire aux associations de défense des droits des femmes, le choix de soutenir cette manifestation qui, par ailleurs, rapporte des millions à Endemol et à TF1, paraît instructif. Visiblement, la MEL a oublié qu'elle était signataire de la charte européenne pour l'égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale, qui estime que "l’élimination des stéréotypes sexués est indispensable"...

Page 7 sur 30

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...