Édito du N°44 "Peut-on boire et conduire... Une révolution ?"

etecodebar 1Il y a quelques mois, un article de La Brique revenait sur le harcèlement que fait subir la mairie aux cafés-concerts de Lille. Sur le site, c'est tout bonnement le plus lu de ces deux dernières années. Et de loin. Pas qu'on se soit lancé dans l'analyse statistique comparée pour mieux comprendre les préoccupations premières de notre lectorat (déjà qu'on a dû se mettre au code barre...), mais on doit avouer qu'un tel engouement nous a quand même pas mal interpellé.
Pourquoi les bars, alors que dans le même temps on a attaqué tous azimuts l'extrême droite, les barons du coin, ou le patriarcat ? Bien sûr l'enjeu est aussi politique. Mais si parler des rades sur la sellette est un des sujets de discussion favoris de tous ceux qui aiment sortir, on occulte souvent un détail qui a son importance. C'est que le bar est d'abord un commerce qui vend de la marchandise et, du côté de chez nous, une en particulier : la bière. Or, comme toutes les marchandises, la petite mousse qu'on apprécie en terrasse comme la ribambelle de pintes enfilées en soirée ont des faces cachées.
 
Capitalisme festif
Alors on a jeté un oeil sous le verre. À la base, le sujet avait été balancé à la rigolade, histoire de faire un numéro d'été un peu plus fendard. Sauf qu'il ne nous a pas fallu longtemps pour constater que notre précieux liquide est bien plus bien trouble qu'il ne le paraît. Rassurez-vous, on n'a pas ajouté notre contribution à l'image du Nord alcoolique. L'idée consistait d'abord à aller gratter du côté de la fabrication et de la distribution, des secteurs dans lesquels certains se gavent tout en se vantant d'être les chantres du houblon artisanal. On a aussi choisi de questionner les pratiques des buveurs et buveuses de bière, notamment à Wazemmes, où elles participent d'une modification en profondeur du quartier. Derrière tout ça, une autre question nous turlupine. Est-ce que la défense de notre droit à picoler tranquille ne prend pas parfois le dessus sur d'autres problématiques, sans doute plus cruciales ? La politique municipale vis-à-vis des bars révolte un grand nombre de personnes. Mais l'engouement sur la question apparaît disproportionné au regard d'autres enjeux, même locaux, qui restent eux cantonnés aux marges. D'ailleurs, en matière de « révolte », restons un peu mesurés. Quand le Restau Soleil se fait attaquer par la mairie, presque 3000 personnes « aiment » le groupe facebook « Contre la fermeture du Restau Soleil », et 700 annoncent « participer » à la manifestation de soutien. Le jour J, on s'est retrouvé.es à moins de 30 sur la place de la République, dont 15 salariés, le tout face à une cinquantaine de flics... Même sur ce sujet pourtant apparemment fédérateur, le militantisme ne semble pas aller beaucoup plus loin qu'une inflexion frénétique de l'index.
etecodebar 1
 
Quelle révolution ?
Au-delà, un tel décalage questionne autant les pratiques militantes que la pensée politique de chacun.e. Le cortège place de la République ne peut pas, ou plus, être l'alpha et l'oméga de la contestation. Il y a d'autres formes de lutte à utiliser, voire à inventer. L'époque change, le pouvoir également, sans doute plus vite que nous. Du coup, on a également ressenti le besoin de revenir à quelques fondamentaux. Notamment pour requestionner ce pour quoi nous nous battons, et comment.
Quelles peuvent être les conditions d'un grand mouvement collectif et révolutionnaire ? Voilà une autre question qu'on s'est posée tranquillou dans ce numéro. Pour ça, on a regardé un peu dans le rétro, parce que l'Histoire est pleine d'enseignements. On s'est demandé comment mai 68 s'était passé à Lille, et plus particulièrement pourquoi les mouvements étudiants et ouvriers ne s'étaient jamais rejoints. On a aussi lu attentivement À nos amis, le dernier bouquin du Comité invisible. Il est rare de trouver une parole qui sache capter autant de choses de notre époque, surtout avec l'ambition de repenser toutes nos pratiques révolutionnaires, et celle de poser des principes pour un autre vivre-ensemble. On n'a pas été déçu.e.s du voyage, mais on a trouvé suffisamment de choses à redire pour y voir une belle porte d'entrée réflexive.
En parallèle de ce léger pas de côté théorique, on n'a pas lâché un pouce sur les luttes qui ont lieu ici et maintenant et sur celles qui sont à mener. D'abord en allant mettre notre nez au tribunal où, hasard qui n'en est pas un, trois procès de camarades se sont tenus en moins d'une semaine. On a aussi enquêté auprès des mineurs isolés étrangers, traités comme des indésirables plus que comme des enfants. Enfin, ça nous démangeait de commencer à taguer un peu le portrait de l'étoile montante de l'UMP, pardon des "Républicains" : le sieur Darmanin, député-maire de Tourcoing. Vu le gaillard, on risque de le recroiser assez souvent.
Bref, vous avez entre les mains une belle cuvée d'été.
 
Santé camarades !

Le collectif de la Brique

En brèves

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...

  • Relaxe pour les sambistes arrêté.es à Calais

    Rappel des faits : Le 23 septembre, à l'appel d'une dizaine d'associations nationales telles qu'Emmaüs France ou le MRAP, et comme dans de nombreuses villes de France et à l'international, se tenait à Calais, place d'Armes, un rassemblement pour la paix. Rien d'anodin à parler de Calais quand on...

    Lire la suite...

  • Pocheco: La lettre ouverte

    Reçue par mail, cette lettre ouverte nous pousse à mener l'enquête qui donnera lieu à l'article "Pocheco: lettre verte non recommandée". Cet article est à retrouver sur le site et en version papier dans La Brique N°51: "Crève travail"   Lettre ouverte à la presse, aux médias et à celles et ceux qui les...

    Lire la suite...

  • Grande Synthe : le désespoir part en fumée

    La Linière n'est plus. Après la destruction de Calais, beaucoup craignaient que l’État mette rapidement fin à l'existence du camp de la Linière à Grande-Synthe. Voilà plusieurs mois que les pressions se font plus fortes sur l'existence de ce « camp humanitaire » ouvert en mars 2016 à l'initiative de...

    Lire la suite...

  • Lille aux sauvages : Récit du carnaval du 1 avril

    Article de Lille Aux Sauvages à retrouver ici:    Samedi 1er avril a eu lieu le carnaval des sauvages, le carnaval en colère contre la mascarade présidentielle qui a rassemblé plus de 150 personnes.     Le carnaval s’est mis en branle sur la place des halles de Wazemmes, après l’arrivée de la...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes radio

    Vendredi 13 janvier 2017, l'émission La Voix sans maître(sur Radio Campus Lille) invitait l'équipe du journal La Brique pour discuter du dernier numéro "La Conquête de l'espace" et notamment sur trois articles du dossier sur les femmes dans l'espace public. L'émission est écoutable ici...

    Lire la suite...

  • L'Insoumise

    Communiqué de l'Insoumise   Hier, mercredi 4 janvier, vers 19h nous apprenons par des gens du quartier que la police municipale entre par effraction dans L'Insoumise.Nous arrivons pour constater que des uniformes surveillent la porte en attendant que l'entreprise Rabot-Dutilleul ferme le lieu. Le...

    Lire la suite...